Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Peut on éviter l’iode radioactif pour les cancers thyroidiens differencies a faible risque ? - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.406 
A. Tremoureux 1, , A. Besseghir 1, A. Metreau 1, C. Bedfert 1, B. Godey 1, F. Jegoux 2
1 CHU Pontchaillou, Rennes, France 
2 CHU Rennes, Rennes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

De nombreux traitements complémentaires à la chirurgie ont été proposés pour le traitement des cancers différenciés à faible risque de récidive : 100mCi, 30mCi, et absence d’iode radioactif. La tendance actuelle est à diminuer la dose d’iode. Le but de cette étude est d’évaluer l’efficacité de l’administration d’iode chez ces patients.

Matériel et méthodes

Les dossiers des patients qui ont présenté un CDT sur une période de 10ans ont été étudiés de manière rétrospective. Seuls les patients à faible risque de récidive selon le définition du consensus européen ont été inclus (T1b, T1m ou T2, N0Nx). Le traitement chirurgical, l’histologie, la biologie, les modalité de l’administration d’iode radioactif ont été étudiés. La rémission a été définie par une thyroglobulinémie basse avec une imagerie négative lors du bilan à 6 mois après le traitement chirurgical. Une analyse statistique uni et multivariée a été réalisée en fonction des traitements reçus et des facteurs de risque de récidive actuellement reconnus.

Résultats

Cent quinze patients ont été inclus avec un suivi moyen de 67 mois. Onze patients (9,5 %) n’ont pas eu d’irathérapie. La rémission a pas été obtenue chez 94 patients (81,7 %). L’analyse multivariée a révélé que la non-rémission était significativement corrélée à la plurifocalité (OR=3,28 IC95 % 1 ; 10 762) et à l’effraction de la capsule tumorale (OR=5991 IC95 % 1294 ; 27 732).

Conclusion

Cette étude suggère que dans une population principalement traitée par administration de 100mCi d’iode 131, le taux de non-rémission reste élevé pour des cancers à faible risque. En particulier pour les tumeurs plurifocales et/ou en rupture capsulaire, des doses plus élevées peuvent être nécessaires pour obtenir la rémission.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A169 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude tomodensitométrique de l’ostéopénie et de l’hypovascularisation radioinduites dans un modèle d’ostéoradionécrose murin
  • G. Michel, P. Blery, P. Pilet, P. Weiss, O. Malard, F. Espitalier
| Article suivant Article suivant
  • Les extravasations iatrogènes en thérapeutique ORL : diagnostic et traitement
  • C. Bach, J. Adrien, P. Gouhier, I. Wagner, F. Chabolle

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.