Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les extravasations iatrogènes en thérapeutique ORL : diagnostic et traitement - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.407 
C. Bach 1, , J. Adrien 2, P. Gouhier 2, I. Wagner 2, F. Chabolle 2
1 Hopital Foch, Sevres, France 
2 Hopital Foch, Suresnes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

Dans un service d’ORL, l’extravasation d’une chimiothérapie, d’une perfusion de métabolites ou de produits de contraste iodé peut être à l’origine d’une nécrose cutanée au niveau du site de perfusion. L’atteinte tissulaire va dépendre de la toxicité du produit, allant du simple inconfort à la nécrose cutanée. Le but de cette étude est de rappeler l’importance du dépistage et de la prise en charge en urgence des extravasations iatrogènes.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective unicentrique de 2010 à 2013 de tous les cas d’extravasation iatrogène survenus dans l’hôpital et pris en charge dans le service d’ORL habitué à la reconstruction en cancérologie. Le type de produit extravasé, le délai de prise en charge et le type de traitement ont été analysés.

Résultats

Dix patients ont subi une extravasation au niveau d’une chambre implantable (n=4) ou d’un site périphérique (n=6). Il s’agissait d’un produit vésicant (n=5), d’un produit irritant (n=2) ou d’un produit de contraste iodé (n=3). Le délai de prise en charge a été de 15jours en moyenne, variant de 1h à 3 mois. Une surveillance a été instaurée chez 4 patients, dont 3 ayant eu une extravasation de produit iodé. Un patient a bénéficié d’une aspiration-lavage avec une canule de lipoaspiration de la zone de diffusion au sérum physiologique isotonique sous anesthésie loco-régionale une heure après un accident perfusionnel avec un vésicant permettant d’arrêter l’évolution de la nécrose cutanée. Les patients (n=5) pris en charge tardivement ont nécessité une chirurgie d’exérèse avec reconstruction par lambeau local. L’obtention de marges saines a été obtenue par de grandes excisions cutanées avec rançon cicatricielle. Un patient dont l’excision était insuffisante a présenté un effet recall lors de la poursuite de sa chimiothérapie.

Conclusion

Le diagnostic de l’extravasation doit être précoce et la prise en charge urgente pour limiter la nécrose, le syndrome de loges et les séquelles fonctionnelles. Une fois la gravité reconnue, le traitement chirurgical par aspiration-lavage permet l’élimination du toxique et la préservation du revêtement cutané. Dans notre série, seul un patient a bénéficié d’une prise en charge optimale après extravasation de produit vésicant ce qui a permis d’éviter l’extension de la nécrose cutanée et l’apparition de complications fonctionnelles. En cas de nécrose installée, les techniques de chirurgie plastique permettent une couverture cutanée au prix de séquelles esthétiques. Tout service d’ORL disposant d’une canule de lipoaspiration doit pouvoir assurer le traitement en urgence de ces accidents.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A170 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Peut on éviter l’iode radioactif pour les cancers thyroidiens differencies a faible risque ?
  • A. Tremoureux, A. Besseghir, A. Metreau, C. Bedfert, B. Godey, F. Jegoux
| Article suivant Article suivant
  • Micro-anatomie de l’innervation du muscle crico-aryténoïdien postérieur
  • A. Lagier, N. Bon mardion, N. Fakhry, F. Duparc, A. Giovanni, J. Marie

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.