Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude anatomique de concordance entre le scanner et le cone beam des sinus - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.011 
J. Demeslay 1, , G. De bonnecaze 1, P. Cantet 2, P. Chaynes 1, S. Vergez 1
1 CHU, Toulouse, France 
2 Clinique Pasteur, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

La faisabilité technique du cone beam est reconnue sans avoir été démontrée de façon comparative dans l’imagerie sinusienne, alors qu’elle pourrait permettre une réduction significative des doses d’irradiation. L’objectif principal était d’évaluer la concordance morphologique globale entre le cone beam et le scanner dans l’imagerie de sinus. Nos objectifs secondaires étaient d’évaluer la concordance interlecteur, et le rapport dosimétrique entre ces deux examens.

Matériel et méthodes

Nous avons réalisé une étude sur 15 pièces anatomiques. Pour chaque pièce, nous avons réalisé un scanner, et un cone beam en protocole sinus. Chaque examen a été interprété selon une grille de lecture en double lecture. Le critère principal évaluant la concordance morphologique inter-méthode d’imagerie était la proportion de réponses concordantes, La concordance morphologique de chaque critère a été évaluée séparément en utilisant un coefficient Kappa. La concordance interlecteurs des 26 structures a été évaluée par un coefficient de Kappa, ainsi que par le pourcentage de valeurs concordantes.

Résultats

Nous avons démontré une excellente concordance morphologique inter-méthodes d’imagerie puisque, d’une part, les deux relecteurs possédait de 97 à 100 % de réponses concordantes concernant les critères principaux ou secondaires. Nous avons également retrouvé une bonne concordance interlecteur du cone beam par rapport au scanner, dans l’identification de repères et variations anatomiques clés. De plus, le cone beam délivre une dose de 3,95mGy en moyenne contre 12,5mGy pour le scanner.

Conclusion

En conclusion, d’après ces donnée précliniques le cone beam représente un examen pertinent dans l’exploration des cavités nasosinusiennes, de part ces caractéristiques techniques. Nous avons débuté une étude clinique comparative, dont les résultats préliminaires tendent à valider cette équivalence morphologique. Les résultats définitifs permettront d’analyser la concordance diagnostique entre ces deux examens.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A2 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Éditorial
  • Olivier Sterkers
| Article suivant Article suivant
  • Ostéoradionécrose du sphénoïde : présentation clinique et prise en charge thérapeutique, à propos de 7 cas
  • B. Verillaud, D. Bresson, S. Bouazza, S. Froelich, R. Kania, P. Herman

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.