Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Représentations de la trachéotomie en oto-rhino-laryngologie face aux patients atteints de cancer des voies aérodigestives supérieures en phase avancée - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.073 
L. Touzet 1, , K. Parent 2
1 CHRU de Lille, Lille, France 
2 CH de Loos, Loos, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

Les vécus des patients trachéotomisés en phase avancée d’un cancer des voies aérodigestives supérieures (VADS) interrogent les soignants des unités de soins palliatifs. Notre objectif était d’examiner comment la question de la trachéotomie en phase palliative d’un cancer des VADS se pose en milieu ORL.

Matériel et méthodes

Étude qualitative avec 17 entretiens compréhensifs auprès de médecins et de paramédicaux de services d’ORL.

Résultats

Dans 17/17 entretiens, la dyspnée laryngée est insoutenable pour patients et soignants. La trachéotomie constitue sa prise en charge habituelle. De nombreux patients la refusent initialement, mais l’acceptent lorsque survient la dyspnée. L’anticipation de l’urgence n’offre pas d’alternative à la trachéotomie tant qu’elle reste techniquement faisable : la sédation est réservée aux situations qui échappent à la technique. La distinction entre sédation et euthanasie n’est pas claire pour les soignants. La trachéotomie est perçue comme bénéfique en terme de survie et de confort. L’altération de la qualité de vie est plus souvent exprimée par les paramédicaux ; elle impacte peu la décision de trachéotomiser. L’appartenance des patients à un milieu social modeste constitue une particularité de la prise en charge. La question de la mort est difficile à aborder pour les soignants. Ces résultats nous ont conduit, avec notre regard de soignants en médecine palliative, à formuler 3 contradictions complexes : les patients refusent la trachéotomie, et se retrouvent trachéotomisés ; les ORL connaissent la sédation, et ne la proposent pas en anticipation de la dyspnée ; la cancérologie est grevée d’une mortalité importante, et les ORL parlent difficilement de la mort. Nous tentons de mettre en lumière les ressorts qui les sous-tendent.

Conclusion

Nous suggérons que l’absence d’alternative à la trachéotomie est en lien avec la prédominance du discours biomédical, dont les objectifs sont avant tout de guérir. La trachéotomie pourrait alors revêtir une fonction curative de la dyspnée laryngée. La demande d’assistance des patients serait assimilée à une demande de trachéotomie, moyen « ordinaire » pour les ORL. Le profil socio-psychologique particulier des patients entraverait l’expression de leur autonomie dans la relation de soin. La sédation pour détresse en phase terminale ne constitue pas, pour les soignants en ORL, une alternative acceptable dans la gestion de la détresse respiratoire chez des patients en phase avancée de la maladie. Tout en le pratiquant, ils ne semblent pas avoir formalisé le prendre soin en tant que modèle de prise en charge acceptable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A25 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation d’un traitement endoscopique des diverticules de Zenker au moyen du système de thermofusion et de section tissulaire Ligasure®
  • C. Mathiolon, T. Pham, G. Chambon, C. Alovisetti, C. Reynaud, B. Lallemant
| Article suivant Article suivant
  • Étude des facteurs influençant la prise en charge des cancers des vads du sujet âgé
  • M. Peria, A. Biet, C. Page, B. Chauffert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.