Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dysphagie aiguë inaugurale d’une crise myasthénique nécessitant une prise en charge réanimatoire - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.133 
L. Tanaka 1, , I. Gharzouli 2, N. Le clerc 2, T. Cloutier 2, D. Salvan 2
1 AP–HP, Paris, France 
2 CHSF, Corbeil, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

Penser à évoquer la myasthénie devant une dysphagie aiguë sans étiologie évidente.

Matériel et méthodes

Nous présentons deux cas de patientes jeunes, consultant en urgence pour dysphagie aiguë, dont une pour laquelle la prise en charge s’est poursuivie en réanimation et bibliographie.

Résultats

L’examen clinique initial était aspécifique avec une hypersialorrhée associé à une hypomobilité laryngée. Après une hospitalisation initiale en ORL, la patiente a présenté une détresse respiratoire aiguë ayant nécessité une intubation en urgence, puis une prise en charge prolongée en réanimation. Le diagnostic étiologique a été fait en réanimation devant l’aggravation progressive de la patiente. Ces deux patientes présentaient en fait une myasthénie révélée par des signes bulbaires. La myasthénie est une maladie rare, sous-estimée, auto-immune secondaire à un blocage des récepteurs de la plaque motrice par des anticorps anti-récepteurs. Les signes bulbaires comprenant entres autres dysphagie, dysphonie, troubles de la mastication sont inauguraux dans environ 15 % des cas. De plus, ces signes peuvent précéder une crise myasthénique nécessitant une prise en charge en réanimation ou encore être la cause de fausses routes, responsables de la morbi-mortalité de cette maladie. Les étiologies des dysphagies aiguës sont nombreuses et sont difficiles à diagnostiquer lorsqu’elles ne sont pas évidentes. Divers auteurs ont tenté d’établir des méthodes diagnostiques fiables pour le diagnostic étiologique des dysphagies d’origine myasthénique.

Conclusion

La méthode diagnostique la plus fiable d’une dysphagie révélant une myasthénie reste le test thérapeutique à la néostigmine qui pourrait permettre d’éviter l’évolution vers une détresse respiratoire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A49 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Paralysie récurrentielle unilatérale et syndrome d’hyperventilation : étude pilote
  • J. Papon, H. Dang, L. Boyer, A. Lino, F. Zerah, A. Coste
| Article suivant Article suivant
  • Réinnervation laryngée sélective des paralysies bilatérales : une technique applicable à la réhabilitation fonctionnelle d’un larynx transplanté
  • J. Marie, N. Bon Mardion, M. Moerman, O. Malard, P. Ceruse, E. Verin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.