Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Influence du bilan biologique et morphologique sur les résultats de la chirurgie des hyperparathyroïdies primaires - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.179 
S. Leble 1, , S. Estebe 1, C. Montenat 1, A. Metreau 1, F. Jegoux 2
1 CHU, Rennes, France 
2 CHU de Rennes, Rennes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

L’objectif a été d’évaluer l’influence de la qualité du bilan morphologique et biologique pré-opératoire sur les résultats du traitement chirurgical des hyperparathyroïdies primaires.

Matériel et méthodes

Cette étude rétrospective a concerné 201 patients traités par chirurgie d’une hyperparathyroïdie primaire sur une période de 7 ans. La moyenne d’âge était de 60,3 ans. Une hypovitaminose D était présente chez 74,7 % des patients. 26 % avaient une pathologie thyroïdienne associée. Tous les patients ont eu une échographie et 80 % ont eu une scintigraphie. L’analyse multivariée un test de régression logistique avec une méthode descendante de Wald.

Résultats

La sensibilité de l’échographie a été de 84,4 %. La sensibilité de la scintigraphie a été de 88,2 %. Une différence significative a été retrouvée en faveur de la scintigraphie dans les cas où les 2 examens ont été réalisés (p=0,031). Le bilan était discordant dans 28,3 % des cas (n=45/159). Le succès thérapeutique a été de 92 % en cas d’échographie positive (n=116/126) et de 92,5 % en cas de scintigraphie positive (n=125/135). La négativité de la scintigraphie était corrélée à un taux d’échec chirurgical plus élevé. L’abord non ciblée (exploration de plusieurs sites) était associé à un risque d’échec plus élevé (p=0,005).

Conclusion

Le taux de succès de la chirurgie parathyroïdienne ciblée sur un seul site est élevé et est conditionné par la qualité du bilan morphologique. Un échographie positive et univoque peut-être suffisante. Dans les autres cas une scintigraphie s’impose. En cas de discordance le bilan biologique initial doit être ré-évalué en particulier en cas d’hypovitaminose D.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A66 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Comparaison de différents marqueurs de dénutrition chez le patient atteint d’un cancer des voies aéro-digestives supérieures
  • R. Pastourel, E. Dumousset, N. Saroul, T. Mom, Y. Boirie, L. Gilain, L. Gilain
| Article suivant Article suivant
  • Parathyroidectomie par cervicoscopie : notre expérience
  • O. Choussy, P. Bonnefont, A. Paviot, A. Mayeur, D. Dehesdin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.