Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ingestion de pile bouton chez l’enfant : les dangers du multimédia - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.433 
J. Lahmar 1, , M. Blanchard 2, V. Couloigner 1, F. Denoyelle 1, E. Garabedian 1
1 Hôpital Necker Enfants-Malades, Paris, France 
2 Hôpital Universitaire Necker, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

L’ingestion des piles plates chez le jeune enfant est en forte recrudescence, en raison de leur utilisation dans des produits qui sont à disposition des enfants (télécommandes…) et d’une règlementation européenne inadaptée pour ces produits qui ne sont pas considérés comme des jouets. L’accès au compartiment des piles est en effet particulièrement simple même pour un nourrisson.

Matériel et méthodes

Nous avons réalisé une étude rétrospective, concernant les enfants de moins de 15ans, adressés aux urgences ORL entre 2008 et 2013 pour ingestion de pile-bouton. Les données épidémiologiques ainsi que les données concernant l’ingestion ont été recueillies.

Résultats

Vingt quatre patients (20 garçons et 4 filles) ont été inclus avec un âge moyen de 55,4 mois [12–156]. Les signes cliniques initiaux étaient des vomissements dans 9 cas (21,43 %), une fièvre dans 8 cas (19,05 %), une hypersialorrhée dans 5 cas (11,90 %), une dysphagie dans 4 cas (9,52 %), une douleur thoracique dans 4 cas (9,52 %), une toux dans 3 cas (7,14 %), une dysphonie, et un syndrome de pénétration dans un cas (2,38 %). Six enfants étaient asymptomatiques (14,29 %). L’évolution de l’incidence augmente chaque année. Elle double entre 2010 et 2013 et triple entre 2012 et 2013 (0 cas en 2010, 2 cas en 2011, 5 cas en 2012, 18 cas en 2013). Les piles provenaient pour 12 cas (42,86 %) d’une télécommande, 4 cas (14,29 %) d’un paquet de piles neuves, 4 cas (14,29 %) d’un jouet, 1 cas d’une montre (3,57 %), 3 cas non précisé. La pile était localisée au tiers supérieur de l’œsophage dans 14 cas (58 %), à la bouche œsophagienne dans 5 cas (17,86 %), au tiers inférieur de l’œsophage dans 6 cas (21,43 %). Le délai moyen avant extraction était de 19h [2–720]. La durée moyenne de nutrition entérale par sonde nasogastrique était de 32jours [7–150]. Les complications ont été deux pneumomédiastin, deux pneumopathies d’inhalation, une médiastinite, une paralysie du plan glottique bilatérale, une fistule oesotrachéale, une sténose du tiers supérieur de l’œsophage nécessitant deux dilatations, un trouble des conduites alimentaires.

Conclusion

L’ingestion de pile-bouton avec impaction oesophagienne chez l’enfant est une urgence médico-chirurgicale absolue, avec des complications qui restent graves et un cout de santé élevé. Les mesures actuelles de prévention grand public sont insuffisantes et une modification de la règlementation des compartiments des piles pourra seule réduire la fréquence de ces accidents.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A83 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Temps d’occupation de salle en ORL pédiatrique ambulatoire : démarche d’optimisation du fonctionnement des blocs opératoires
  • B. Thierry, M. Blanchard, V. Couloigner, E. Garabedian, F. Denoyelle
| Article suivant Article suivant
  • Paralysie faciale périphérique chez l’enfant ou adolescent
  • P. Gatignol, M. Allano, M. Robert, E. Lannadère, F. Tankéré, G. Lamas

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.