Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Modulation par la testostérone des régions cérébrales impliquées dans le désir sexuel – approche en neuroimagerie fonctionnelle - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.006 
S. Stoleru  : Dr
 Inserm Unité 669, Villejuif, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Chez l’homme, la testostérone joue un rôle très important dans le comportement sexuel, et, réciproquement, le comportement sexuel induit une montée de la testostérone plasmatique. Une étude en tomographie par emission de positons (TEP) a montré que la testostérone favorise l’activation, sous l’effet de stimuli sexuels visuels, du claustrum et de l’insula, du noyau caudé, du cortex orbitofrontal et du gyrus temporal moyen. Cette activation, observée dans l’hémisphère droit uniquement, concerne des régions impliquées dans l’excitation sexuelle. Inversement, la testostérone favorise la désactivation, sous l’effet de stimuli sexuels visuels, du gyrus frontal inférieur gauche, impliqué dans l’inhibition du désir sexuel. Chez le macaque, les récepteurs des androgènes et l’aromatase – qui convertit la testostérone en œstradiol – sont colocalisés dans certaines régions telles que le septum, l’hypothalamus et l’amygdale. Inversement, dans d’autres régions, telles que l’hippocampe, seuls les récepteurs des androgènes sont présents. Ceci suggère que, selon les régions, la testostérone agit soit directement, soit via son aromatisation en œstradiol. Chez l’homme, les récepteurs des androgènes sont abondants dans l’hypothalamus ventromédial, l’aire préoptique médiale, la bande diagonale de Broca, le noyau de la strie terminale et les corps mamillaires. Une étude en TEP a montré que l’aromatase est présente dans le thalamus, l’amygdale, l’aire préoptique médiale, le bulbe, le noyau accumbens, le pont, le cortex occipital et temporal et le cervelet. Nous présentons un modèle tentant de rendre compte des effets de la testostérone sur le comportement sexuel via la modulation qu’elle exerce sur le fonctionnement de certaines régions cérébrales.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 250 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • FGF21 : un lien entre reproduction et métabolisme
  • N. Pitteloud
| Article suivant Article suivant
  • La génétique de l’hyperplasie macronodulaire des surrénales : modèle de tumorigénèse endocrine
  • J. Bertherat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.