Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diabètes médicamenteux - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.018 
P. Gourdy  : Pr
 Service de Diabétologie, Maladies Métaboliques et Nutrition, CHU Rangueil, Toulouse, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Les étiologies iatrogènes sont classiquement répertoriées dans la liste des causes potentielles de survenue d’un diabète. De nombreux traitements, au premier rang desquels les corticothérapies, immunosuppresseurs et anti-rétroviraux, ont été identifiés au fil du temps en tant que pourvoyeurs d’anomalies de la tolérance au glucose. Au cours des dernières années, de nouvelles classes thérapeutiques, susceptibles de générer ou de favoriser la survenue plus ou moins bruyante d’un diabète, ont fait l’objet d’une attention particulière. C’est le cas des antipsychotiques de nouvelle génération, dits « atypiques », qui favorisent l’insulino-résistance dans un contexte de prise de poids exacerbée et peuvent également affecter l’insulinosécrétion avec un impact variable selon les molécules, plus marqué avec la clozapine et l’olanzapine. La présentation se rapproche généralement de celle du diabète de type 2, mais des modes de survenue plus sévères ont été décrits, incluant de rares épisodes d’acidocétose lorsque la carence insulinosécrétoire est au premier plan. Parmi les molécules actuellement sous surveillance, citons certaines thérapies oncologiques ciblées et tout particulièrement les inhibiteurs de mTOR (mTORinh) et les inhibiteurs de tyrosine kinases (TKinh). Les mTORinh sont à l’origine de dyslipidémies (LDL et triglycérides augmentés), mais également d’une hyperglycémie (13 à 50 % des cas selon les études) en affectant la sensibilité à l’insuline et l’insulino-sécrétion. Les TKinh interfèrent plus spécifiquement avec le métabolisme glucidique, pouvant aboutir à un diabète mais également à la survenue d’hypoglycémies par des mécanismes qui restent à élucider. Des recommandations ont été récemment établies pour codifier la surveillance métabolique de ces traitements anti-cancéreux.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 252 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Fer, syndrome métabolique et diabète de type 2
  • Y. Deugnier, E. Bardou-Jacquet, F. Lainé
| Article suivant Article suivant
  • Le diabète fulminant
  • L. Chaillous

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.