Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diabètes sucrés néonatals - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.020 
J. Beltrand a : Dr, K. Busiah a : Dr, L. Vaivre-Douret b : Pr, A.L. Fauret c : Dr, R. Scharfmann d : Dr, H. Cavé d : Pr, M. Polak a,  : Pr
a Endocrinologie, gynécologie et diabétologie pédiatrique, hôpital Universitaire Necker–Enfants-Malades, AP–HP, Institut IMAGINE, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Inserm U1016, Institut Cochin, Paris, France 
b Inserm UMR-S0669 Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, hôpital Universitaire Necker–Enfants-Malades, Institut IMAGINE Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Paris, France 
c Service de génétique, UF de génétique, hôpital Robert-Debré, AP–HP, Paris, France 
d INSERM U1016, Institut Cochin, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le diabète « néonatal » est une maladie génétique rare (1 naissance vivante sur 90 000 à 260 000). Il se définit par l’existence d’hyperglycémies liées à l’insuffisance ou à l’absence d’insuline circulante et survenant avant l’âge de un an. Ces hyperglycémies nécessitent un traitement soit de façon transitoire dans environ la moitié des cas, soit de façon permanente. Deux grands groupes de mécanisme expliquent la maladie : anomalie de développement du pancréas ou anomalie de fonction de la cellule β pancréatique. Les causes génétiques les plus fréquentes de diabète néonatal avec anomalie de fonction de la cellule β sont les anomalies du locus 6q24 et les mutations des gènes ABCC8, KCNJ11, codant pour les sous-unités du canal potassique de la cellule bêta impliqués dans le lien entre métabolisme de celle-ci et sécrétion d’insuline. D’autres gènes sont associés à une malformation du pancréas ou à une destruction des cellules β. Comparés aux patients avec une mutation dans ABCC8 ou KCNJ11, les patients avec anomalie de 6q24 ont un poids et une taille de naissance plus faibles, un âge au diagnostic et de rémission plus précoces et une fréquence plus importante de malformations. Les patients avec une mutation dans ABCC8 ou KCNJ11 ont des troubles neurologiques et neuropsychologiques chez tous ceux testés finement. Jusqu’à 86 % des patients ayant une rémission récidivent leur diabète à l’âge pubertaire, sans qu’il existe une différence selon la cause génétique. Ces résultats plaident pour l’importance d’un suivi au long cours par une équipe multidisciplinaire pédiatrique puis de médecins d’adultes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 252 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le diabète fulminant
  • L. Chaillous
| Article suivant Article suivant
  • Placenta : glande endocrine, cas de l’endocrine gland derived endothelial growth factor (EG-VEGF)
  • N. Alfaidy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.