Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Fer, syndrome métabolique et diabète de type 2 - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.017 
Y. Deugnier a,  : Pr, E. Bardou-Jacquet b : Dr, F. Lainé c : Dr
a CHU, Université de Rennes 1 et INSERM CIC 1414, Rennes, France 
b CHU, Inserm UMR 991, Rennes, France 
c CHU, Inserm CIC 1414, Rennes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le bilan martial est souvent perturbé chez le patient « métabolique » sous la forme d’une hyperferritinémie excédant rarement 1000μg/L, fer sérique et saturation de la transferrine demeurant normaux. Lorsqu’elle est modérée (<500), cette hyperferritinémie témoigne d’une simple anomalie biologique en lien avec le syndrome métabolique (état sub-inflammatoire, cytolyse par stéatopathie métabolique associée dans 50 % des cas). Lorsqu’elle excède 500, elle témoigne le plus souvent d’une surcharge hépatique en fer mixte, parenchymateuse et mésenchymateuse, toujours modérée (<150μmol/g – N<40). On parle alors d’hépatosidérose dysmétabolique (HSD). Le diagnostic passe par (i) la réalisation d’une IRM afin d’évaluer les stocks en fer hépatique et splénique et (ii) l’élimination des autres causes d’hyperferritinémie à fer sérique et saturation normaux : inflammation, cytolyse, alcool, mutation sur le gène de la L ferritine en l’absence de surcharge et maladie de la ferroportine en cas de surcharge authentifiée en IRM. L’HSD est marquée par une hyper-hepcidinémie et une diminution de l’activité ferroxidasique de la céruloplasmine qui vont de pair avec un défaut du relargage cellulaire du fer. Le rôle direct de l’insuline, du glucose et de la néoglucogenèse dans ces anomalies est à présent expérimentalement suggéré. Le traitement de l’HSD repose, avant tout, sur la prise en charge des anomalies métaboliques. Toutefois, celle-ci ne corrigeant pas l’excès de fer, des saignées sont le plus souvent engagées, d’autant que la réduction de l’excès de fer pourrait diminuer l’insulino-résistance et le risque de cancer et de complications cardiovasculaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 253-254 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Fer, microbiote et stéatose
  • M. Serino
| Article suivant Article suivant
  • Diabètes médicamenteux
  • P. Gourdy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.