Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diagnostic et prise en charge des hyperparathyroïdies – Place de l’imagerie - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.037 
C. Houzard a,  : Dr, L. Groussin b : Pr
a HCL Centre Hospitalier Lyon Sud, Universite Lyon I Faculte Lyon-Sud Charles-Merieux, Ea3738, Lyon, France 
b AP–HP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

L’indication et les modalités du traitement chirurgical (cervicotomie exploratrice ou abord mini invasif) des hyperparathyroïdies primaires (HPTP) avérées (clinique, biologie) reposent sur les données de l’imagerie, principalement échographie et scintigraphie : localisation eutopique ou ectopique d’un adénome unique ou multiple.

Méthodes

L’échographie cervicale doit inclure l’exploration la partie haute du cou, avec manœuvres positionnelles, de compression, avec échographie thyroïdienne (cytoponction) La scintigraphie : dynamique au sesta-MIBI-99mTc, ou de soustraction (avec scintigraphie thyroïdienne au pertechnétate-99mTc ou iodure 123 I) avec TEMP-TDM, doit couvrir un champ cervical étendu, le médiastin. Dans les cas difficiles (recherche d’ectopies, récidives), une imagerie cervico-médiastinale par tomodensitométrie (« 4D ») ou IRM est utile.

Résultats

Les sensibilités respectives de l’échographie et de la scintigraphie sont de 65 % à 80 % ; et de 80 à 90 % (pour les adénomes, inférieure à 50 % dans les hyperplasies, les NEM) Les sources de faux positifs en échographie sont les nodules thyroïdiens « extrathyroïdiens », les ganglions du compartiment central ; en scintigraphie les nodules thyroïdiens Les sources de faux négatifs en échographie sont les ectopies (médiastinales, cervicales postérieures) ; en scintigraphie la petite taille, le faible poids. Après cervicotomie blanche ou en cas de récidive, une réintervention ne sera décidée qu’après localisation précise concordante de l’adénome. À l’aide de toutes les techniques.

Conclusion

Scintigraphie et échographie constituent le couple décisionnel majeur du bilan préopératoire des HPTP. Leur apport est conditionné par la qualité de leur réalisation technique, leur interprétation par des médecins entraînés, le dialogue médecins imageurs-chirurgien.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 258 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Infertilité masculine – le sperme : du bon au mauvais
  • L. Jacquesson-Fournols, C. Patrat
| Article suivant Article suivant
  • Forme non classique de déficit en 21-hydroxylase : diagnostic et conseil génétique
  • V. Tardy-Guidollet, R. Menassa, Y. Morel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.