Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Inadaptation de la fonction bêta-cellulaire pancréatique des patients opérés d’un by-pass gastrique et présentant des pics hyperglycémiques - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.085 
C. Vaurs a,  : Dr, J.F. Brun b : Pr, E. Berard a : Dr, R. Burcelin c : Dr, Y. Anduze d : Dr, F. Pattou e : Pr, H. Hanaire a : Pr, P. Ritz a : Pr
a CHU Toulouse, Toulouse 
b CHU Montpellier, Montpellier 
c INserm U1048, Toulouse 
d Clinique de Cèdres, Cornebarrieu 
e CHU Lille, Lille 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Après by-pass gastrique, 1/3 des patients présente un pic hyperglycémique (>10,4mmol/L) en réponse à une charge orale en glucose (HPO). Cette étude évalue la fonction bêta cellulaire et la sensibilité à l’insuline de ces patients.

Patients et méthodes

Quarante-deux patients ont reçu HPO 75g avec dosages plasmatiques d’insuline, C-peptide, et GLP-1, et calcul de l’insulino-sensibilité (oral minimal model, OMM) et des différentes composantes de la sécrétion d’insuline pré-hépatique (modèles de Cobelli et de Mari).

Résultats

Le pic à 30minutes de l’HPO était élevé (n=18, 13,1±3,1 vs. 8,3±1,2mmol/L, p<0,0001). Comparés aux patients sans pic hyperglycémique, les patients avec un pic n’étaient pas différents par l’âge, la perte de poids, le genre ou la présence d’un antécédent de diabète. Malgré une insulinémie similaire (valeur maximale et aire sous la courbe), leur insulinogenic index était plus bas (168±73 vs 374±276 p=0,0020), et la sécrétion pré-hépatique bien qu’en valeur absolue plus importante, était diminuée par rapport au niveau de glycémie, avec une sensibilité b-pancréatique au glucose plus basse (116±45,8 vs 206±120,4 ; p=0,0010). Les concentrations de GLP-1 n’étaient pas différentes entre les groupes. La sensibilité à l’insuline calculée par OMM était réduite chez les patients avec un pic (4,1±2,54 vs 8,6±9,9 ; p=0,0027), traduisant une moindre efficacité de l’insuline au niveau du corps entier.

Conclusion

Après un by-pass gastrique, les patients avec un pic hyperglycémique ont à la fois une anomalie de la sécrétion d’insuline, portant notamment sur la seconde phase, et une altération de l’utilisation postprandiale du glucose.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 280 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Endocannabinoïdes et prise alimentaire : et si tout venait de la périphérie ?
  • J. Vinera, F. De Vadder, A. Barataud, C. Zitoun, A. Duchampt, G. Mithieux
| Article suivant Article suivant
  • Perturbation de la signalisation endocrinienne du récepteur aux acides biliaires FXR par l’AMPK
  • A. Berthier, B. Staels, P. Lefebvre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.