Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Signature moléculaire de résistance des cancers du sein RE+ aux traitements anti-estrogéniques – résultats préliminaires - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.126 
L. Gamba, Dr a, P. Vilquin, Dr a, , M. Jarlier b, P. Rouanet, Pr b, T. Maudelonde, Pr a
a CHU Montpellier, U EA2415, UM1, Montpellier, France 
b ICM Montpellier, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Environ 75 % des patientes post-ménopausées présente un cancer du sein dit hormono-dépendant (RE+). Le blocage de la synthèse des estrogènes (anti-aromatase : létrozole) ou l’inhibition de l’activité estrogénique via le récepteur nucléaire des estrogènes (REs) (SERM : tamoxifène) représentent les traitements adjuvants de référence de ces cancers. Mais 30 à 40 % de ces tumeurs sont résistantes. Notre objectif est de définir une signature moléculaire prédictive de la sensibilité ou de la résistance au létrozole et au tamoxifène.

Matériel/patients et méthodes

Étude randomisée en double aveugle comparant deux traitements néo-adjuvants dans une population de 111 patientes ménopausées ayant un cancer primaire du sein RE+ non métastatique : le létrozole versus le tamoxifène. Des prélèvements de la tumeur ont été fait avant et après le traitement néoadjuvant. La réponse biologique a été évaluée sur la variation du Ki67. L’expression de 22 gènes impliqués dans la réponse biologique aux estrogènes a été évaluée sur la biopsie faite avant le traitement néo-adjuvant.

Résultats

Sur l’ensemble de ces 111 patients, l’ARN a pu être exploité sur 68. 34 était sous létrozole et les autres étaient sous tamoxifène. Un total de 9 Résistants (13 %) et 59 Répondeurs (87 %) ont été ainsi identifiés. Cinq étaient résistants (15 %) au létrozole et 4 (12 %) au tamoxifène. Une analyse multivariée a mis en évidence plusieurs gènes associés à la résistance à ces deux molécules. Une signature moléculaire spécifique du létrozole et du tamoxifène ont pu être définies.

Conclusion

Ces signatures moléculaires suggèrent un mécanisme de résistance différent entre ces deux molécules.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 304 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La dédifférenciation des cellules bêta, induite par l’ActivinB, contrôle la plasticité et la progression tumorale des insulinomes
  • D. Ripoche-Biache, R. Bonnavion, R. Jaafar, O. Ritvos, C. Zhang, O. Andersson, P. Bertolino
| Article suivant Article suivant
  • Paragangliomes carotidiens : une attitude thérapeutique à définir
  • A. Buffet, S. Vergez, C. Cognard, M. Rives, D. Vezzosi, A. Bennet, P. Caron

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.