Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prolactinémie préopératoire et postopératoire précoces dans une série de 66 microprolactinomes opérés : facteurs pronostiques de récidive à long terme ? - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.158 
A.L. Fournier-Guilloux a,  : Dr, C. Buscail b, G. Brassier b : Pr, J.Y. Poirier b : Dr, C. Massart b : Dr, F. Galland b : Dr
a CHU Angers, Angers, France 
b CHU Rennes, Rennes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le traitement des prolactinomes est médical ou chirurgical. Concernant la chirurgie, certains facteurs pronostiques de récidives sont décrits, mais l’intérêt pronostique de la prolactinémie préopératoire ou postopératoire précoce a été peu étudié.

Objectifs

(1) Déterminer l’influence de la prolactinémie préopératoire ou postopératoire précoce (j3) sur le risque de récidive à long terme. (2) Étudier la survenue d’une récidive en fonction d’un éventuel traitement par agoniste dopaminergique ou de la proximité avec le sinus caverneux.

Patients et méthode

Étude rétrospective monocentrique de 66 patientes opérées d’un microprolactinome par le même opérateur de 1997 à 2005 et ayant eu un dosage de prolactinémie précoce postopératoire.

Résultats

Le recul moyen après la chirurgie est de 11ans. Parmi 66 patientes, 15 patientes (22,7 %) ont présenté une récidive de microprolactinome. La prolactinémie postopératoire précoce supérieure à 5ng/mL est un facteur pronostique de récidive de microprolactinome (risque relatif à 3,28 ; IC :1,12–9,63). La prolactinémie préopératoire supérieure à 100ng/mL est également un facteur pronostique de récidive (risque relatif à 3,38 ; IC :1,15–9,96). Il n’y a pas de différence selon la prise d’agoniste dopaminergique et la proximité du sinus caverneux.

Discussion et conclusions

La prolactinémie effondrée en postopératoire immédiat peut présager d’une rémission à long terme. À l’inverse, une prolactinémie préopératoire supérieure à 100ng/mL semble être un facteur pronostique important de récidive à long terme. Ce seuil pourrait être pris en compte dans le choix entre le traitement médical ou chirurgical.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 315 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Liaison entre la surcharge hépatique en fer et les endocrinopathies dans la bêta-thalassémie majeure
  • M. Ouederni, S. Abdennassir, M. Ben Khaled, N. Dhouib, F. Labidi, F. Mellouli, M. Bejaoui
| Article suivant Article suivant
  • Évolution du poids dans une série de microprolactinomes traités par agoniste dopaminergique versus chirurgie : suivi à 1 an
  • A.L. Fournier-Guilloux, J.Y. Poirier, G. Brassier, F. Galland

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.