Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Leucémie myéloblastique aiguë : sécrétion paranéoplasique de GH et de PRL ? - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.221 
H. Valdes Socin a,  : Dr, I. Potorac a : Dr, A. De Pasqual b : Dr, F. Baron b : Pr, B. De Prijck b : Dr, Y. Beguin b : Pr, A. Beckers a : Pr
a Service d’Endocrinologie. CHU de Liège, Liège 
b Service d’Hématologie. CHU de Liège, Liège 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La synthèse de PRL et de GH a été documentée dans le tissu lymphoïde normal. Une hyperprolactinémie paranéoplasique est rapportée chez quelques rares patients avec une leucémie (See et al. BMJ Case Rep 2013). Un seul cas d’acromégalie dépendante d’un lymphome non-Hodgkin a été publiée (Beuschlein et al. NEJM 2000)

Observation

Une femme africaine de 31ans consulte pour fièvre et malaises, neuf mois post-partum : le bilan biologique et la biopsie de moelle confirment une leucémie myéloblastique aiguë. Malgré l’arrêt de l’allaitement, elle présente une galactorrhée et une aménorrhée persistante. Avant la première cure de chimio, la prolactine est de 6389mUI/L. Un test au TRH documente ensuite une hyperprolactinémie à 3639mUI/L (100–500) stimulable à 10973mUI/L. L’IGF1 est élevée à 429μg/L (73–224). Un test HGPO 75g démontre une GH basale à 0,64μg/L avec un nadir de 0,11μg/L. Au cours de 3mois de séances de chimiothérapie, on observe une normalisation des paramètres hématologiques. Parallèlement, on observe une diminution progressive de la prolactine (3639–3617–396mUI/L), de la GH (6,4–1,4–0,28) et de l’IGF1 (429–303–286). Une IRM hypohysaire n’objective pas de lésion hypothalamo-hypophysaire. Un scanner thoraco-abdominal et cérébral sont sans particularités.

Discussion

La normalisation progressive de prolactine et d’IGF1 au cours de la chimiothérapie et l’absence de lésion hypophysaire associée, rendent plausible une sécrétion paranéoplasique. Étant donné que l’échantillon de moelle était insuffisant cette hypothèse n’a pas pu être documentée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 335 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Approche étiopathogénique du syndrome de Sheehan
  • D. Meskine, A. Pouplard, F. Chitour
| Article suivant Article suivant
  • Réponse insuffisante du cortisol à la stimulation par test au tetracosactide (Synacthen®) chez les patients avec hyperplasie congénitale des surrénales de forme non classique (NCCAH) : une exception à la règle ?
  • A. Stoupa, L.G. González Briceño, G. Pinto, D. Samara-Boustani, I. Flechtner, C. Thalassinos, M. Bidet, A. Simon, Y. Morel, C. Béllanné-Chantelot, P. Touraine, M. Polak

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.