Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Syndrome de Cushing chez un patient infecté par le VIH : attention aux interactions médicamenteuses - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.225 
M. Habchi a,  : Dr, C. Laurent a, C. Fourmont a, E. Crevisy a : Dr, I. Anajjar b, P. Buffier a : Dr, B. Bouillet a : Dr, B. Vergès a : Pr, J.M. Petit a : Pr
a CHU Dijon, Dijon, France 
b CHU Besançon, Besançon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les patients infectés par le virus du VIH présentent des interactions médicamenteuses nombreuses dont certaines peuvent avoir des présentations endocriniennes à ne pas méconnaître.

Observation

Nous rapportons l’observation d’un patient de 40ans adressé en consultation pour suspicion de syndrome de Cushing devant une prise de poids progressive avec obésité facio-tronculaire associée à des vergetures pourpres abdominales et des cuisses très marquées. Paradoxalement, le bilan biologique retrouve un cortisol libre urinaire des vingt-quatre heures bas associé à une cortisolémie et un ACTH plasmatique effondrés. Ce patient est traité depuis 2007 par ritonavir, atazanavir et emtricitabine/ténofovir pour son infection VIH. Il est par ailleurs traité depuis plusieurs années pour un asthme sévère par un corticoïde inhalé, le budesonide.

Discussion

Ce patient présente donc un syndrome de Cushing d’origine iatrogène lié à l’interaction entre le budesonide et le ritonavir. Le budesonide est un glucocorticoïde inhalé souvent utilisé dans le traitement de l’asthme. Le budesonide est métabolisé dans le foie par le cytochrome P450 3A4. Le ritonavir est un antirétroviral puissant inhibiteur du cytochrome P450 3A4. L’interaction entre ses deux traitements entraîne donc une accumulation du budesonide responsable de l’aspect cushingoïde et du taux de cortisol effondré. Des cas similaires de syndrome de Cushing liés à la prise simultanée de budesonide et de ritonavir ont été décrits dans la littérature mais ce sont surtout des cas liés à l’interaction entre ritonavir et fluticasone, autre corticoïde inhalé, qui ont été le plus souvent décrits.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 337 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Instabilité hémodynamique peropératoire et complications periopératoires des phéochromocytomes silencieux
  • M. Lafont, C. Fagour, T. Wagner, G. Darancette, A. Rault, M. Haissaguer, M.L. Nunes, A. Ouattara, J.B. Corcuff, A. Tabarin
| Article suivant Article suivant
  • Un nouveau mécanisme impliqué dans le développement de la surrénale fœtale chez l’homme : rôle des mastocytes ?
  • A. Naccache, C. Duparc, E. Louiset, A. Laquerriere, H. Lefebvre, M. Castanet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.