Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Phéochromocytome ; place de la forme asymptomatique et différence par rapport à la forme classique - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.229 
N. Sahli  : Dr, M. Antit : Dr, N. Hbeili : Dr, R. Gharbi : Dr, I. Rojbi : Dr, M. Mokaddem : Dr, F. Kanoun : Dr, M. Chihaoui : Dr, F. Chaker : Dr, M. Yazidi : Dr, H. Slimane : Pr
 CHU La Rabta, Tunis 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

la fréquence réelle des phéochromocytomes est difficile à apprécier vu l’importance de la forme asymptomatique dont témoigne la prévalence des phéochromocytomes « autopsiques » largement supérieure à celle des études cliniques.

Matériels et méthodes

Étude descriptive et comparative rétrospective portant sur 10 cas de phéochromocytomes asymptomatiques au sein d’une série de 27 cas au total diagnostiqués sur 15ans.

Résultats

La prévalence de la forme asymptomatique dans notre série est de 37 %, l’âge moyen était de 46,4ans avec un sex-ratio de 4F/1H. Dans 9 cas la circonstance de découverte était un incidentalome, un seul cas a été diagnostiqué dans le cadre d’une néoplasie endocrinienne multiple. Sur le plan clinique le pouls moyen de ces patients était de 82,4bpm sans différence significative par rapport au groupe symptomatique, par contre la TA systolique moyenne de 12,5cmHg vs 16,3cmHg respectivement. Nous avons noté une atteinte préférentiellement unilatérale et droite dans le groupe asymptomatique avec une taille tumorale légèrement inférieure non significative. Quant au profil épidémiologique et biologique (notamment les taux des dérivés méthoxylés urinaires) nous n’avons pas trouvé de différence statistiquement significative entre les deux groupes.

Discussion

Le caractère silencieux de ces formes peut être expliqué par une sécrétion d’adrénaline prédominante ou par une forte capacité métabolique plutôt intra-tumorale. Ces patients sont généralement diagnostiqués à un âge plus jeune contrairement à notre série, pour la comparaison sur le reste des critères nos résultats concordent avec ceux de la littérature.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 338 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Détermination du rapport aldostérone sur rénine sur l’automate. Liaison pour le diagnostic de l’hyperaldostéronisme primaire
  • E. Sacchetto, A.G. Le Loupp, N. Graveline, M. Le Bras, B. Cariou, D. Masson, D. Drui, K. Bach-Ngohou
| Article suivant Article suivant
  • Expression de récepteurs illégitimes dans une tumeur surrénaliennes associée à une mutation du gène APC
  • E. Louiset, C. Duparc, Z. Bram, C. Bures, M.L. Roquet, J.J. Tuech, H. Lefebvre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.