Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Rendement diagnostique de la cytoponction thyroïdienne chez les patients sous antiagrégant plaquettaire - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.243 
S. Laugier-Robiolle  : Dr, R. Maréchaud : Pr, S. Hadjadj : Pr, M.H. Bouin-Pineau : Dr
 CHU de Poitiers, Poitiers, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La place de la cytoponction thyroïdienne dans la prise en charge des nodules thyroïdiens n’est plus à démontrer. Selon la Société française d’endocrinologie, l’interruption des traitements antiagrégants plaquettaires (AAP) est conseillée une semaine avant la cytoponction. Cette étude a été menée afin de savoir si le rendement diagnostique de la cytoponction thyroïdienne était modifié par la prise de traitement antiagrégant plaquettaire. Nous avons effectué une analyse selon la classification de Bethesda du résultat de cytoponction d’un nodule thyroïdien chez des patients avec ou sans traitement antiagrégant plaquettaire ; les cas étaient des patients traités par aspirine à dose antiagrégante plaquettaire ou par clopidogrel et consultant pour une cytoponction thyroïdienne ; les patients témoins étaient indemnes de tout traitement antiagrégant plaquettaire. Le critère principal de jugement était le pourcentage de cytoponction ininterprétable. Nous avons inclus 21 patients dans le groupe AAP et 51 patients dans le groupe témoin. Les critères échographiques du nodule cytoponctionné ne différaient pas dans les deux groupes. Il n’y avait aucune cytoponction ininterprétable dans le groupe AAP contre 6 (11,8 %) dans le groupe témoin. Il n’y avait aucune différence significative dans le critère principal de jugement entre les deux groupes (p=0,17). Aucune complication au décours des ponctions n’est survenue. Notre étude montre que le traitement antiagrégant plaquettaire n’est pas une contre-indication de la cytoponction thyroïdienne et n’influence pas son interprétation anatomopathologique ; il s’agit d’une analyse préliminaire nécessitant la poursuite d’un recrutement actif via les services de cardiologie et de médecine vasculaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 343 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le traitement suppressif de la TSH pour un cancer différencié de la thyroïde accélère la progression de la sarcopénie chez les femmes ménopausées
  • D. Diedhiou, M. Klein, S.N. Diop, G. Weryha, E. Feigerlová
| Article suivant Article suivant
  • Traitement efficace par rituximab d’un myxœdème prétibial sévère et résistant
  • S. Metrat, I. Raingeard, D. Bessis, E. Renard, J. Bringer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.