Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement efficace par rituximab d’un myxœdème prétibial sévère et résistant - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.244 
S. Metrat a, , I. Raingeard a : Dr, D. Bessis b : Dr, E. Renard a : Pr, J. Bringer a : Pr
a Service Endocrinologie, CHU Montpellier, Montpellier, France 
b Service Dermatologie, CHU Montpellier, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Le myxœdème prétibial (MP) est une des manifestations extra-thyroïdiennes de la maladie de Basedow (MdB). Sa prévalence est estimée de 0,4 à 4 % dans les années 1980. Cette dermatopathie est habituellement paucisymptomatique et ne nécessite pas de traitement. En cas de gêne ou dysesthésie les dermocorticoïdes améliorent les lésions dans environ 50 % des cas. Les traitements de 2e intention sont : injections intra-lésionnelles de glucorticoïdes, Octréotide, Pentoxyfilline, Immunoglobulines polyvalentes, plasmaphérèses.

Observation

Nous rapportons le cas d’une patiente avec MdB diagnostiquée à 51ans rapidement traitée par thyroïdectomie. Son hyperthyroïdie récidiva 3ans plus tard sur persistance d’un résidu thyroïdien et elle développa une orbitopathie sévère. Elle bénéficia de bolus de Solumédrol puis d’une Ira-thérapie sous couvert d’une corticothérapie orale. Un MP apparu 8ans après le diagnostic de MdB, il fut traité par dermocorticoïdes puis Colchicine sans efficacité. Un traitement par 3 bolus de Solumédrol fut efficace mais rapidement suivi d’un effet rebond. Son MP s’aggrava avec apparition de douleurs neuropathiques. Trois cures d’immunoglobulines polyvalentes furent faiblement efficaces. Des plasmaphérèses bi-hebdomadaire furent initiées, sans grande efficacité. Enfin une cure de rituximab (1g répété à 15jours) en association avec les plasmaphérèses hebdomadaires permit une nette amélioration du MP.

Discussion

Ce cas mérite d’être rapporté devant la complexité de la présentation et l’efficacité du traitement par Rituximab. 2 cas de MP sévère et résistant traités avec efficacité par rituximab ont été décrits dans la littérature [1, 2].

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 343 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rendement diagnostique de la cytoponction thyroïdienne chez les patients sous antiagrégant plaquettaire
  • S. Laugier-Robiolle, R. Maréchaud, S. Hadjadj, M.H. Bouin-Pineau
| Article suivant Article suivant
  • Polymorphisme de CTLA4 : un facteur prédictif de l’auto-immunité endocrinienne sous ipilimumab ?
  • M. Coppin, J.P. Arnault, I. De Lameth, R. Desailloud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.