Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Tumeur brune du maxillaire supérieur révélant une hyperparathyroïdie primaire associée à un carcinome papillaire de la thyroïde - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.249 
M. Boudissa  : Dr, L. Tahri : Dr, M. Semrouni : Pr
 Centre Pierre et Marie Curie. Alger, Alger 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les tumeurs brunes représentent une des formes sévères de l’hyperparathyroïdie primaire (HPP) et témoin d’un retard diagnostique, comme l’illustre le cas de notre patiente.

Observation

Patiente âgée de 30ans opérée pour masse du maxillaire supérieur droit. L’étude anatomopathologique était en faveur d’une tumeur à cellules géantes. Cinq ans après, apparition de douleurs osseuses diffuses motivant la réalisation de radiographies standards des membres supérieurs et inférieurs objectivant des lésions osseuses lytiques faisant penser à un processus tumoral puis devant une calcémie élevée à une hyperparathyroïdie. Un bilan phosphocalcique avec PTH élevée (788pg/mL) confirme le diagnostic de l’HPP. L’échographie cervicale retrouve un nodule parathyroïdien basi-cervical droit associé à 2 nodules thyroïdiens. La cytoponction du nodule prédominant est revenue en faveur d’un carcinome papillaire de la thyroïde. La patiente a bénéficié d’une thyroïdectomie avec curage ganglionnaire cervical et ablation des parathyroïdes P3 et P4 droites. L’histologie est en faveur d’un adénome parathyroïdien droit à cellules claires et confirme le carcinome papillaire de la thyroïde, infiltrant bilatéral. Après 6 mois de traitement vitamino-calcique, la patiente a normalisé sa calcémie avec consolidation de ses lésions osseuses. Par ailleurs elle a bénéficié d’un complément thérapeutique par irathérapie.

Conclusion

Toute lésion lacunaire des maxillaires doit évoquer le diagnostic d’une tumeur brune et faire rechercher une HPP. Le diagnostic préalable permet d’éviter une chirurgie sur des lésions qui régressent après normalisation des taux de PTH. Par ailleurs, il est toujours légitime d’explorer convenablement la thyroïde à la recherche d’une néoplasie thyroïdienne associée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 345 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Case Report : hypercalcémie modérée sous tériparatide
  • C. Marsot, S. Koubar, E. Pont, A. Crand, H. Rachidi-Koussa
| Article suivant Article suivant
  • Traitement par Forstéo® d’une hypoparathyroïdie post-chirurgicale résistante au traitement médical conventionnel
  • L. Hergott, L. Meillet, A.S. Arbey, A. Bounaga, N. Kattan, F. Schillo, A. Penfornis

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.