Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hypercalcémie maligne révélant un adénome parathyroïdien chez une patiente en insuffisance rénale - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.257 
MEA. Amani  : Dr, S. Bachiri : Dr, M. Derradji : Dr, S. Miraoui : Dr
 EHU 1er Novembre 1954, Oran 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’hyperparathyroïdie est habituellement diagnostiquée à un stade pauci ou asymptomatique. Cependant, dans de rares cas, le diagnostic est fait au stade d’hypercalcémie majeure menaçante. Ce retard diagnostique peut être responsable de complications à type d’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT).

Observation

Nous rapportons le cas d’une patiente, âgée de 64ans, adressée au service d’endocrinologie pour une hyperparathyroïdie primaire, sans antécédents familiaux particuliers et aux antécédents personnels de diabète sucré de type 2 connu depuis 14ans, d’hypertension artérielle et de lithiase rénale opérée il y a de cela 14ans (sans exploration étiologique). L’hyperparathyroïdie a été découverte suite à un bilan demandé par le néphrologue pour l’exploration d’une hypercalcémie maligne. L’examen clinique a mis en évidence des signes majeurs d’hypercalcémie et un volumineux nodule cervical.

Biologie

PTH>560pg/mL à deux reprises avec calcémie>130mg/L, bilan rénal : clairance à 24mL/mon. Cette IRC a pendant longtemps été considérée comme secondaire à la néphropathie diabétique alors qu’elle était fortement en faveur d’une néphropathie interstitielle due à l’hypercalcémie chronique du fait de l’absence de la rétinopathie diabétique. Échographie cervicale : macro-nodule parathyroïdien de 45mm. La patiente a bénéficié d’une hyperhydratation et de biphosphonates en injectable à 3 reprises (bondronate : le seul indiqué dans l’IRC) avant de l’adresser en chirurgie.

Discussion

L’hypercalcémie maligne est un signe de gravité dans l’hyperparathyroïdie primaire d’où l’intérêt d’un dépistage des formes asymptomatiques afin d’éviter des complications pouvant engager le pronostic vital.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 347 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Une hyperparathyroïdie secondaire masquée (à propos d’un cas)
  • MEA. Amani, S. Miraoui, M. Achour
| Article suivant Article suivant
  • Déficit en vitamine D chez la femme voilée : enquête dans la région du grand Casablanca
  • L. Riah, A. Naitkhachat, F. Lmidmani, A. El Fatimi, A. Tahiri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.