Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diabète phosphaté après injection de Fer Carboxymaltose (Injectafer®). À propos d’un cas - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.255 
X. Vandemergel  : Dr, F. Simon : Dr
 Centres Hospitaliers Jolimont, Nivelles 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Le Fer Carboxymaltose est souvent utilisé préférentiellement en raison de ses avantages sur les autres formes (sucrose, formes orales), (administration rapide, efficacité supérieure en terme de vitesse de correction de l’anémie). Néanmoins, les conséquences sur l’équilibre du phosphore ne sont pas connues. Une hypophosphorémie est régulièrement constatée mais la fréquence d’hypophosphorémie<1mg/dL est exceptionnelle. Les mécanismes de cette hypophosphorémie sont inconnus.

Cas Clinique

Une patiente de 45ans présente des antécédents d’anémie ferriprive (ménorragie). Elle ne supporte pas les suppléments de fer oraux. En 2011 elle bénéficie de deux injections de Fer sucrose sans répercussion sur la phosphorémie (2,7mg/dL(N:2,7–4,5mg/dL). En 2012, l’hémoglobine est à 9,9g/dL avec une ferritine à 6μg/L et une saturation de la transferrine à 6,7 %. Trois injections de Fer Sucrose sont alors réalisées. Le phosphore plasmatique après les trois injections est à 2,1mg/dL. En 2014, le bilan avant la réalisation de deux cures de Fer Carboxymaltose mettait en évidence un phosphore plasmatique à 2,5mg/dL avec une fraction d’excrétion du phosphore (FEP) à 11 % (N<15 %). Une semaine après la deuxième injection, la phosphorémie était de 0,93mg/dL et la FEP à 23 %, valeur confirmant l’existence d’un diabète phosphaté. La patiente est restée asymptomatique et a bénéficié de suppléments de phosphore oraux.

Conclusion

Nous rapportons le cas d’une patiente ayant développé une hypophosphorémie majeure après deux injections de Fer Carboxymaltose. Le mécanisme est secondaire à l’apparition d’un diabète phosphaté. Un bilan phosphocalcique doit être prévu avant et après utilisation de cette molécule.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 347 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le diabète phosphaté associé à l’ingestion chronique d’alcool n’est pas secondaire à une élévation du FGF23
  • X. Vandemergel, F. Simon
| Article suivant Article suivant
  • Une hyperparathyroïdie secondaire masquée (à propos d’un cas)
  • MEA. Amani, S. Miraoui, M. Achour

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.