Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le diabète phosphaté associé à l’ingestion chronique d’alcool n’est pas secondaire à une élévation du FGF23 - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.254 
X. Vandemergel  : Dr, F. Simon : Dr
 Centres Hospitaliers Jolimont, Nivelles 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’hypophosphorémie est frequemment rencontrée en cas d’éthylisme chronique. Les causes en sont multiples (dénutrition, carence en vitamine D). Nous avons démontré également l’existence d’une élévation de la clairance urinaire du Phosphore (Diabète phosphaté) chez un grand nombre de patient avec correction de celui-ci lors du sevrage. Le facteur de croissance des fibroblastes (FGF-23) est impliqué dans l’ostéomalacie de l’ostéomalacie oncogénique en induisant un diabète phosphaté. Le rôle du FGF23 dans l’hypophosphorémie de l’éthylisme n’est pas connu.

Cas clinique

Un patient de 59ans est admis pour sevrage alcoolique. Il boit 750ml de vin par jour depuis plus de 10ans. À l’admission, le phosphore plasmatique est de 0,29mmol/l (N : 0,96–1,66) et la clairance du phosphore de 50 % (N<15 %) confirmant l’existence d’un diabète phosphaté. À j3, la clairance du phosphore est normalisée à 0,1 %. Entre le j0 et le j3, le taux de vitamine D n’est pas modifié (12ng/mL et 13ng/mL). À l’admission le taux de FGF23 est normal.

Conclusion

Le diabète phosphaté est fréquent lors de l’intoxication chronique d’alcool et est rapidement réversible. Il semble que la phosphaturie ne soit pas liée à une élévation du FGF23, une hormone phosphaturiante. Une toxicité tubulaire proximale réversible à l’arrêt de l’alcool semble l’hypothèse la plus solide.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 347 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un retard statural révélant une maladie osseuse constitutionnelle à l’âge de 15 ans
  • H. Aynaou, H. Skiker, H. Latrech
| Article suivant Article suivant
  • Diabète phosphaté après injection de Fer Carboxymaltose (Injectafer®). À propos d’un cas
  • X. Vandemergel, F. Simon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.