Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cas rare d’hyperparathyroidie primaire révélée par une tumeur brune du péroné associée à une carence en vitamine D - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.276 
S. Tahi  : Dr, M. Mezoued : Dr, D. Meskine : Pr
 Service Endocrinologie, EPH Ibn Ziri Bologhine, Alger 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La présentation clinique de l’HPTP a énormément évolué avec le temps, passant d’une maladie à expression essentiellement néphro-urologique et osseuse dans les années 50 à une pathologie pauci, voire asymptomatique. À l’heure actuelle, les cas d’hyperparathyroïdie révélés par des tumeurs brunes sont très rares.

Observation

Nous rapportons le cas d’une jeune patiente de 29ans, suivie pendant 2ans pour des douleurs osseuses diffuses qui se sont compliquées d’impotence fonctionnelle, traitée par antalgique/corticothérapie. Suite à une radiographie des 2 jambes une lésion lythique soufflant la corticale était découverte au niveau du péroné avec multiples lacunes osseuses des 2 jambes et fémoral inférieur. Le reste du bilan radiologique retrouve une déminéralisation diffuse à l’ensemble du corps et lacunes osseuses multiples. Dans le cadre de l’exploration et devant ce tableau, une atteinte osseuse maligne a été d’abord éliminé, la biologie est revenue en faveur d’une hyperparathyroïdie primaire avec hypercalcémie à 139mg/L, hypophosphorémie à 21mg/L, hypercalciurie à 665mg/24h, PTH à 898pg/mL associé à une carence en vitamine D à 7,15ng/L. L’écho-cervicale visualise un nodule parathyroïdien de 4,3cm La patiente avait bénéficié d’une perfusion d’acide zolédronique puis substituée pour sa carence en vit D, avant de la confier à la chirurgie afin de prévenir un Hungry Bone syndrome en postopératoire.

Conclusion

Les tumeurs brunes sont des lésions ostéolytiques rares dues à une activité ostéoclastique accrue, liée à une hyperparathyroïdie. Nous soulignons dans notre cas l’importance de l’atteinte osseuse qui a fait orienter le diagnostic initialement vers une atteinte maligne, redressé par la suite par la biologie et l’imagerie cervicale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 353 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les hypoparathyroidies et pseudohypoparathyroidies chez l’enfant :étude de 11 observations
  • I. Maaloul, I. Chabchoub, K. Baklouti, J. Talmoudi, H. Aloulou, T. Kamoun
| Article suivant Article suivant
  • Une tumeur mésenchymateuse inguinale responsable d’une ostéomalacie oncogénique
  • I. Banu, L. Gavrizi, C. Cussac-Pillegand, N. Cornière, P. Valensi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.