Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Association Hyperparathyroïdie primaire–déficit en vitamine D: quel impact osseux? - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.286 
H. El Jadi  : Dr, A.A. Guerboub : Dr, A. Meftah : Dr, A. Moumen : Dr, S. Sellay : Dr, N. Belmrhar : Dr, A. El Masmoudi : Dr, Z. Alhouari : Dr, S. Elmoussaoui : Dr, G. Belmejdoub : Pr
 Service d’endocrinologie, hôpital militaire d’instruction mohamed V, Rabat 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’hyperparathyroïdie primaire (HPP), asymptomatique dans 80 % des cas, contribue à une baisse de la masse osseuse. Sa fréquence chez la femme, notamment après la ménopause fait s’interroger sur l’intérêt du dosage de la vitamine D dont le déficit favorise aussi la raréfaction et la fragilité osseuses. L’objectif est de préciser l’impact du déficit en vitamine D sur le bilan osseux.

Méthodes

Étude rétrospective comportant 11 cas d’HPP avec un déficit en vitamine D. Le retentissement osseux est évalué par des radiographies standards et une ostéodensitométrie (DMO)

Résultats

Le bilan osseux révèle: 36,5 % des patientes ont une ostéopénie, 54,5 % une ostéoporose et 9 % une DMO normale. On constate que plus le taux de vitamine D est bas, plus le T score diminuait avec une atteinte osseuse radiologique plus marquée.

Discussion et conclusion

La déminéralisation osseuse est plus sévère chez les patients déficitaires en vitamine D avec plus de risque de fractures pathologiques, comme en témoigne la mesure de la DMO. Certes notre étude ne comporte qu’un nombre limité de patients, avec des disparités de comportement alimentaire et d’ensoleillement. Cependant l’enquête montre que la fréquence du déficit en vitamine D apparaît importante dans l’HPP. Le dosage de 25-OH vitamine D est à envisager chez tous les patients suspects ou atteints d’HPP. En cas de déficit, une correction prudente doit être mise en place. Elle diminue la perte de masse osseuse impliquée dans le risque fracturaire, sans doute aussi la gravité de l’hypocalcémie après chirurgie parathyroïdienne.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 355-356 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Normalisation de la calcémie par perfusion sous-cutanée continue de teriparatide dans une hypoparathyroïdie post-thyroïdectomie résistante au traitement médical
  • A. Lecus, F. Borson-Chazot, A. Linglart, L. Garby
| Article suivant Article suivant
  • Sarcoïdose et hyperparathyroïdie : association fortuite ?
  • S. Daadaa, A. Rezgui, M. Karmani, A. Mzabi, F. Ben Fredj, C. Laouani

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.