Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Thymus ectopique en localisation parathyroïdienne–un défi diagnostique - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.296 
M. Metallo , E. Feigerlova : Dr, L. Groza : Dr, J.C. Mayer : Dr, G. Weryha : Pr, M. Klein : Pr
 CHU Brabois, Vandoeuvre-Lès-Nancy 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La localisation cervicale du thymus est rare et peut poser des difficultés diagnostiques.

Présentation clinique

Une patiente de 55ans nous est adressée pour un nodule rétro-thyroïdien, hyperfixant au PET-scan réalisé au cours du suivi d’un cancer du sein traité par chirurgie et radio-chimiothérapie en 1998. Elle est suivie pour une thyroïdite de Hashimoto depuis 2006. L’échographie cervicale retrouvait un parenchyme thyroïdien hypoéchogène micronodulaire et une formation nodulaire (23,7×8mm), hypoéchogène, homogène, limitée par un fin liseré, en arrière du lobe thyroïdien droit évoquant une lésion parathyroïdienne. La captation à la scintigraphie au Technétium 99m était normale. La scintigraphie sesta-MIBI au technétium 99m retrouvait une fixation au niveau du nodule, apparaissant rétro-thyroïdien sur le profil droit. Le scanner objectivait un nodule tissulaire en arrière et au contact du lobe thyroïdien droit. Le bilan phosphocalcique était normal. La chromogranine A et les dérivés méthoxylés, dosés dans l’hypothèse d’un paragangliome, étaient normaux. La cytoponction à l’aiguille fine n’a pas pu être effectuée en raison d’une résistance à la périphérie du nodule. Réalisation d’une lobo-isthmectomie droite avec parathyroïdectomie inférieure droite. L’anatomopathologie conclue à une thyroïdite lymphocytaire compatible avec une thyroïdite de Hashimoto ; la parathyroïde droite se révèle être un foyer de thymus ectopique.

Conclusion

Le thymus en localisation cervicale peut présenter un piège diagnostique. L’exploration nécessite souvent plusieurs techniques d’imagerie. Le sesta-MIBI n’est pas spécifique de la glande parathyroïde et s’accumule dans les lésions riches en cellules oxyphiles. Le diagnostic définitif est souvent posé après chirurgie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 358-359 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intéret de dosage sérique de la 25-hydroxy-vitamine D chez les sujets chuteurs
  • N. El Amrani, F. Lmidmani, A. Elfatimi
| Article suivant Article suivant
  • Hyperparathyroïdie primaire révélée par une tumeur brune du maxillaire (à propos d’un cas)
  • C. Adnane, T. Adouly, A. Zouak, S. Rouadi, R.A. Abada, M. Roubal, M. Mahtar

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.