Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hyperparathyroïdie primaire révélée par une tumeur brune du maxillaire (à propos d’un cas) - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.297 
C. Adnane a,  : Dr, T. Adouly a : Dr, A. Zouak a : Dr, S. Rouadi a : Pr, R.A. Abada a : Pr, M. Roubal b : Pr, M. Mahtar a : Pr
a service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale, hôpital 20 aout, Casablanca 
b service d’ORL et chirurgie cervico faciale- hôpital 20août, Casablanca 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les tumeurs brunes sont des lésions ostéolytiques rarement révélatrices d’hyperparathyroïdie primaire ou secondaire. L’atteinte des maxillaires est la plus rare dans la localisation maxillo-faciale. Elles surviennent habituellement au stade terminal de l’hyperparathyroïdie et avec l’amélioration des techniques d’exploration biologique permettant un diagnostic plus précoce de l’hyperparathyroïdie, ces tumeurs deviennent de plus en plus rares.

Observation

Nous rapportons l’observation d’un patient de 70ans présentant une hyperparathyroïdie primaire révélée par une tumeur du maxillaire. La biopsie de la tumeur a montré un granulome central de réparation à cellules géantes. Un bilan phosphocalcique a montré une hypercalcémie avec une hypophosphorémie. Une échographie et une TDM cervicale ont objectivé un processus au niveau du pôle inférieur du lobe thyroïdien droit en faveur d’un adénome parathyroïdien. Le dosage de la parathormone était à 397pmol/L. L’intervention chirurgicale a consisté en un curetage du maxillaire associée à une exérèse de l’adénome parathyroïdien. Le résultat anatomo-pathologique a conclu en une tumeur à cellule géante bénigne du maxillaire.

Discussion

Nous rappelons à travers cette observation que toute apparition d’une lésion à cellules géantes doit faire rechercher systématiquement une hyperparathyroïdie primaire avant de conclure à un granulome à cellules géantes, ce qui permet d’éviter des interventions mutilantes sur des lésions qui régressent après retour à la normale des taux de parathormone.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 359 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Thymus ectopique en localisation parathyroïdienne–un défi diagnostique
  • M. Metallo, E. Feigerlova, L. Groza, J.C. Mayer, G. Weryha, M. Klein
| Article suivant Article suivant
  • Une ostéomalacie révélant une maladie cœliaque de l’adulte
  • H. Zoubeidi, F. Daoud, Z. Aydi, L. Baili, B. Ben Dhaou, F. Boussema

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.