Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La surrénalectomie bilatérale dans le traitement du syndrome de Cushing paranéoplasique: à propos d’un cas - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.315 
A. Meftah  : Dr, A. Moumen : Dr, H. Eljadi : Dr, A.A. Guerboub : Dr, M. El Mokhtari : Dr, R. Moussaid : Dr, K. Rifai : Dr, M. Benkacem : Dr, S. Elmoussaoui : Dr, G. Belmejdoub : Pr
 Service d’endocrinologie-diabétologie, Hôpital Militaire d’Instruction Mohammed V, Rabat 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La sécrétion ectopique d’ACTH représente 12 % des syndromes de Cushing (SC). La localisation et l’exérèse de la tumeur sécrétant l’ACTH restent difficiles, d’où la nécessité d’un traitement symptomatique. Bien que la surrénalectomie soit largement utilisée, son indication n’est pas clairement définie et sa décision peut être critiquable. Nous rapportons un cas qui en illustre l’intérêt.

Observation

Patient de 50ans qui présente un SC sévère, secondaire à un hypercorticisme par sécrétion ectopique d’ACTH. Devant la sévérité du tableau clinique, la résistance au traitement par kétoconazole, et l’impossibilité de localiser la tumeur causale, une surrénalectomie bilatérale a été réalisée. Après deux ans de suivi, la TDM thoracique a permis d’objectiver un nodule de 11mm du lobe inférieur du poumon gauche. Le TEP-scan (FDG et F-DOPA) confirme sa nature hyperfixante en faveur d’un carcinome endocrine. L’anatomopathologie est en faveur d’une tumeur carcinoïde typique.

Discussion et conclusion

La surrénalectomie bilatérale reste d’indication exceptionnelle. Elle permet une guérison immédiate de l’hypercortisolisme au prix d’une hormonothérapie substitutive définitive. Elle est indiquée dans deux situations: (1) en urgence devant un SC sévère et rapidement évolutif mettant en jeu le pronostic vital à court terme; (2) ou en différée, en l’absence de localisation de la tumeur primitive et lorsque le traitement anticortisolique s’avère inefficace comme dans cette observation. Dans ce cas, se pose la question: faut-il préférer la surrénalectomie et ses conséquences à la recherche obstinée et inefficace d’une tumeur peu évolutive, qui occasionne un SC grave ?

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 364 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Imagerie des paragangliomes latéro-cervicaux et abdominaux
  • Z. Aydi, F. Daoud, I. Ben Hassen, I. Menif, L. Baili, B. Ben Dhaou, M.H. Daghfous, F. Boussema
| Article suivant Article suivant
  • Hibernome et néoplasie endocrinienne multiple de type 1 : une association non fortuite ?
  • L. Marchand (M.), E. Disse, J. Fontaine, S. Giraud, F. Cotton, C. Thivolet, C. Simon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.