Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Phéochromocytome et hypokaliémie - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.319 
H. Boulay , M. Lesouhaitier, M. Priou-Guesdon : Dr, O. Ionesco : Dr
 Service d’endocrinologie et maladies métaboliques. Hopital Yves Le Foll, Saint Brieuc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’association HTAhypokaliémie doit conduire à une recherche d’hyperaldostéronisme primaire (HAP) ou secondaire et d’hypercortisolisme.

Observation

Une femme de 36ans, sans antécédent ni traitement, a présenté une HTA associée à des myalgies et paresthésies. La kaliémie était basse à 3,3mmol/L, la kaliurèse inadaptée. Le bilan hormonal montrait une cortisolurie normale, une aldostérone à 855pmol/L (norme<405), une rénine à 0,7mUI/L (norme>2,8), un rapport aldostérone/rénine à 171 (norme <64). Après test de charge sodée, l’aldostérone était insuffisamment freinée à 190pmol/L, en faveur d’un HAP. Le scanner montrait une lésion surrénalienne gauche de 23mm, de densité spontanée mesurée à 37UH. L’hypothèse diagnostique initiale était donc un adénome de Conn. Dans le cadre du bilan préopératoire et malgré l’absence de symptomatologie évocatrice de phéochromocytome, les dérivés méthoxylés ont été dosés. La normétanéphrine plasmatique était élevée à 5,32nmol/L (norme<0,93) et la normétanéphrine urinaire à 1707μg/24h (norme<400), la métanéphrine était normale. Il n’existait pas d’hyperfixation à la scintigraphie MIBG-iode 123. La patiente a été opérée après alpha/beta blocage devant la suspicion de phéochromocytome. Le diagnostic anatomopathologique est un phéochromocytome sans contingent minéralocorticoïde. En postopératoire, la pression artérielle et la kaliémie se sont normalisées sans traitement.

Discussion

À notre connaissance, aucun cas de phéochromocytome associé à une hypokaliémie n’a été décrit dans la littérature. La physiopathologie de cet hyperaldostéronisme reste incertaine. Ce cas clinique montre l’intérêt du dépistage systématique du phéochromocytome avant une chirurgie surrénalienne.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 365-366 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Phéochromocytome à l’hôpital du Mali : à propos d’une observation
  • M. Bah
| Article suivant Article suivant
  • Phéochromocytome surrénalien au cours de la maladie de Von Hippel-Lindau : à propos d’un cas
  • N.G. Andzouana Mbamognoua, M. Diarra, M. Rchachi, F. Ajfdi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.