Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Phéochromocytome et cardiopathie congénitale ; complication ou association ? - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.323 
N. Sahli  : Dr, M. Antit : Dr, M. Mokkadem : Dr, I. Rojbi : Dr, N. Hbeili : Dr, R. Gharbi : Dr, F. Kanoun : Dr, M. Chihaoui : Dr, F. Chaker : Dr, M. Yazidi : Dr, H. Slimane : Pr
 CHU La Rabta, Tunis 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La cardiopathie congénitale a été rapportée dans 25 cas de phéochromocytome dans la littérature, dont 2 cas seulement de communication inter-auriculaire (CIA). S’agit-il d’une simple association ou d’une véritable complication ?

Observation

Nous rapportons le cas d’une patiente de 47ans opérée à l’âge de 35ans pour CIA fermée par patch. Le phéochromocytome a été diagnostiqué dans le cadre de l’exploration d’une HTA avec hypokaliémie avec des normétanéphrines à 10 fois la normale. La TDM a montré une masse rétro-péritonéale de 5,5cm et la scintigraphie MIBG-I123 un phéochromocytome para-rénal droit sans métastases. Au bilan de retentissement : hypertrophie ventriculaire gauche avec insuffisance coronaire asymptomatique. Le bilan de NEM était négatif. La patiente a eu une tumorectomie par voie sous costale droite sans complications, le phéochromocytome a été confirmé par l’anatomopathologie avec disparition de l’HTA en postopératoire. Elle est décédée à j18, quatre jours après sa sortie de cause non déterminée.

Discussion et conclusion

Les patients atteints de CIA (shunt gauche-droit), sont à haut risque de développer des complications liées à l’hypoxémie chronique. De nouvelles complications sont prévisibles vu l’amélioration de leur espérance de vie. La survenue d’un phéochromocytome en ferait-elle partie ? Deux hypothèses sont proposées : La première met en cause l’hypoxie chronique qui favoriserait l’érythropoïèse et la prolifération des cellules de la crête neurale, la deuxième est génétique suggérée devant l’existence d’analogies entre des régions chromosomiques communes aux deux maladies mais ces mutations ne sont pas encore identifiées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 367 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Récidive tardive d’hyperparathyroïdie primaire dans le cadre d’une néoplasie endocrinienne multiple de type 1.
  • A. Meftah, H. Eljadi, A. Moumen, A.A. Guerboub, M. Benkacem, K. Rifai, W. Osman, S. Maataoui, L. Bencherifa, S. Elmoussaoui, G. Belmejdoub
| Article suivant Article suivant
  • Hypoglycémie paranéoplasique : à propos d’un cas
  • L. Affes, B. Ben Nasr, N. Rekik, A. Chaâbane, N. Charfi, M. Abid

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.