Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Une maladie de Lapyronie qui révèle un diabète sucré et une hypertension artérielle - 11/10/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.448 
F. Boubaker, Dr, B. Zantour  : Pr, W. Alaya, Dr, W. Chebbi, Dr, O. Berriche, Dr, H. Bouzidi : Pr, M.H. Sfar : Pr
 Hopital Tahar Sfar, Mahdia 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Peu connue et assez rare, la maladie de Lapyronie (sclérose des corps caverneux de la verge) reste jusqu’à maintenant de physiopathologie incertaine. Son association à un diabète ou une HTA est aujourd’hui bien documentée évoquant un mécanisme de stress oxydatif.

Observation

Monsieur M.R âgé de 58 ans ayant des antécédents familiaux chargés de diabète de type 2 a noté une déviation récente non douloureuse de la verge en érection. Il s’adresse à un urologue qui le met sous vitamine E et Piasclédine. Fort inquiet, il consulte alors la base des données Medline et se documente quant à sa maladie. Il décide de faire une glycémie et une prise tensionnelle. La glycémie à jeun était à 15 mmol/l (acétonurie négative) et la tension artérielle à 16 cmHg. Notre malade n’avait pas alors de signes cardinaux de diabète, son dernier examen médical complet remontait à 1 an. Son IMC 23,5 kg/m2 sans amaigrissement récent et son tour de taille 89,5cm. L’hémoglobine glyquée était 8 %, il n’y avait aucune complication dégénérative du diabète sucré. Il a été traité par Gliclazide et Captopril avec amélioration significative de l’HBA1c (6,6 %) et normalisation des chiffres tensionnels. Sa maladie de Lapyronie était stable à 18 mois d’évolution, n’occasionnant pas de problème sexuel ou de douleur.

Conclusion

Après avoir éliminé une cause iatrogène ou traumatique pour la maladie de Lapyronie, un suivi s’impose afin de poser l’indication chirurgicale à temps, mais aucun consensus actuel n’existe quant au dépistage des maladies associées malgré l’intérêt d’un diagnostic précoce.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 5-6

P. 403-404 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation de l’apport du score de risque finlandais (FINDRISC) seul et combiné à la glycémie à jeun dans l’identification du diabète et du prédiabète
  • M. Azzouz, L. Yuergui, M. Guerchani, A. Meftah, S. Mimouni, A. Boudiba
| Article suivant Article suivant
  • Tabac et complications dégénératives chez le diabétique : étude comparative entre les diabétiques fumeurs et non fumeurs
  • A.E. Tadmori, F. Aziouaz, H. El Ouahabi, F. Ajdi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.