Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement des nocardioses : plus de questions que de réponses ? - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.antinf.2014.10.001 
C. Rouzaud a, b, J.-L. Mainardi c, O. Lortholary a, b, D. Lebeaux a, , b
a AP–HP, hôpital Necker–Enfants-Malades, centre d’infectiologie Necker-Pasteur, université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, 149, rue de Sèvres, 75743 Paris cedex 15, France 
b Institut Imagine, Paris, France 
c Service de microbiologie, Inserm UMRS 1138, AP–HP, hôpital européen Georges-Pompidou, université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les infections à Nocardia sont graves. Les présentations cliniques et radiologiques étant multiples et non spécifiques, c’est souvent un terrain prédisposant qui fait suspecter le diagnostic. La confirmation diagnostique est microbiologique et repose sur des techniques de culture et de biologie moléculaire. La sensibilité des souches de Nocardia aux antibiotiques est corrélée à l’espèce responsable de l’infection et son évaluation impose une expertise. Le diagnostic d’espèce, nécessitant formellement le recours à des méthodes moléculaires, est un élément fondamental pour guider la thérapeutique. Une association d’antibiotiques comprenant au moins le cotrimoxazole est proposée en probabiliste en cas de forme grave, disséminée ou chez un patient immunodéprimé. L’amikacine, l’imipénem, le linézolide, la ceftriaxone et le cefotaxime sont les autres antibiotiques pouvant être prescrits en probabiliste. Les résultats microbiologiques (antibiogramme, identification d’espèce) et l’évaluation du terrain permettront de décider du traitement d’entretien (intraveineux ou oral, monothérapie ou association d’antibiotiques) adapté. Le traitement d’entretien est prolongé, de 6 à 12 mois, selon la localisation de l’infection, pour éviter les rechutes dans les formes invasives. Une prophylaxie secondaire peut être proposée, en cas de persistance d’un facteur favorisant. Il n’y a pas d’études comparatives ni prospectives sur lesquelles s’appuyer pour la prise en charge optimale de ces patients. De nouveaux schémas thérapeutiques restent à valider afin d’améliorer le pronostic des nocardioses.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Nocardiosis is a severe disease. As clinical and radiological features are diverse and not specific, it is usually an underlying condition that leads to the diagnosis, through microbiological cultures and specific molecular tools. Antibiotic susceptibility patterns vary among Nocardia species and its assessment requires an expertise. Species identification requires the use of molecular tools and is associated with antibiotic susceptibility patterns. Multiple-drug regimens including cotrimoxazole are proposed as empirical treatment for severe or disseminated infections, or for immunocompromised patients. Amikacin, imipenem, linezolid, ceftriaxone and cefotaxime can also be prescribed before obtaining antibiotic susceptibility testings. Microbiological results (susceptibility, species identification) and underlying condition assessment are mandatory to select the modality of the maintenance treatment (intravenous or oral, monotherapy or combination of antibiotics). According to the infection site, therapy is prolonged for 6 to 12 months to prevent relapse of invasive disease. Secondary prophylaxis can be prescribed in case of persistent underlying immunosuppression. Due to the lack of comparative or prospective studies, new therapeutic strategies still need to be studied in order to improve the prognosis of nocardiosis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Nocardiose, Multithérapie, Biologie moléculaire, Cotrimoxazole, Amikacine, Carbapénèmes, Immunodépression

Keywords : Nocardiosis, Multiple-drug regimen, Molecular biology, Trimethoprim-sulfamethoxazole, Amikacin, Carbapenems, Immunocompromised patients


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 16 - N° 4

P. 175-184 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Facteurs de risque, diagnostic et prise en charge de l’ostéite du volet crânien après craniectomie
  • L. Adélaïde, F. Signorelli, F. Valour, T. Jacquesson, F. Vandenesch, J. Guyotat, E. Jouanneau, F. Laurent, C. Chidiac, T. Ferry, Lyon BJI Study group
| Article suivant Article suivant
  • Méthodes de diagnostic des infections à Chlamydiae : directes et/ou sérodiagnostic ? Que choisir ?
  • B. de Barbeyrac, F. Obeniche, O. Peuchant, C. Bébéar

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.