Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dermatite interstitielle granulomateuse : réelle entité ? - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.046 
A.-S. Dutkiewicz a, , M. Beylot-Barry a, B. Vergier b
a Dermatologie, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux, Pessac, France 
b Cytologie et anatomie pathologique, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux, Pessac, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La dermatite interstitielle granulomateuse (DIG) est une entité anatomoclinique controversée. Histologiquement, il s’agit d’un infiltrat interstitiel pandermique histiocytaire avec remaniements collagéniques. Cliniquement, il s’agit souvent de plaques érythémateuses ou violacées proximales, survenant chez des femmes entre 50 et 70 ans, associées à des pathologies auto-immunes. L’objectif de notre étude était de répertorier les DIG histologiques et d’analyser leurs caractéristiques cliniques.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective (2009–2014) sur 2 centres de dermatopathologie. Le critère d’inclusion était histologique : infiltrat interstitiel histiocytaire non superficiel, richesse variable en lymphocytes, absence de mucine, d’altération épidermique ou de vascularite. Les données cliniques étaient recueillies par un questionnaire standardisé.

Résultats

Dix-sept patients étaient inclus, majoritairement des femmes âgées de 62,8 ans en moyenne, sans modification thérapeutique récente. Malgré le polymorphisme clinique, les lésions étaient toutes des plaques, maculeuses ou papuleuses, érythémateuses à violacées de localisation proximale. Au diagnostic, il existait 41 % de pathologies associées (2 néoplasies/hémopathies, 4 pathologies auto-immunes et 1 borréliose ancienne). Histologiquement, trois sous-types ont été mis en évidence : histiocytaire pandermique, lympho-histiocytaire à renforcement en bande dermique superficielle, et lympho-histiocytaire à renforcement lymphocytaire péri-vasculaire. Aucune concordance anatomoclinique n’a pu être mise en évidence mais l’abondance de l’infiltrat était inversement proportionnel avec la durée des lésions.

Le granulome annulaire généralisé (GAG) était le principal diagnostic différentiel cliniquement évoqué. Un échantillon aléatoire de cas de GAG (recrutement clinique) a donc fait l’objet d’une relecture histologique, avec description d’images typiques de granulome annulaire, non interstitiel.

Discussion

En partant de critères histologiques stricts, la clinique de la DIG dans notre étude s’avère concordante avec celle de la littérature (terrain, localisation et sémiologie, pathologies auto-immunes associées) et de bon pronostic. Alors que l’on puisse cliniquement évoquer un granulome annulaire généralisé, l’histologie s’avère différente.

Concernant la physiopathologie de cette entité, 2 hypothèses s’opposent. La première est celle d’une variante de pathologies connues (stade évolutif) et la seconde est en faveur d’une entité propre, voie finale de divers mécanismes auto-immuns. Malgré la discussion sur l’existence de la DIG, l’intérêt d’évoquer ce syndrome est essentiellement d’exclure les diagnostics différentiels après confrontation anatomoclinique et de faire le bilan des pathologies associées qui conditionnent le pronostic.

Conclusion

Malgré le polymorphisme clinique et histologique des lésions, notre étude suggère que la DIG est une réelle entité, distincte du granulome annulaire généralisé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dermatite interstitielle granulomateuse, Granulome annulaire, Infiltrat interstitiel histiocytaire


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S238-S239 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Devenir des formes cutanées de lupus : étude rétrospective
  • A. Meyer, B. Pereira, M. D’Incan
| Article suivant Article suivant
  • Un défaut de peptides anti-microbiens à l’origine d’un cercle vicieux inflammatoire dans l’hidradénite suppurée
  • C. Hotz, M. Boniotto, A. Guguin, M. Surenaud, N. Ortonne, R. Bosc, O. Chosidow, P. Wolkenstein, Y. Lévy, S. Hüe

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.