Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement proactif du vitiligo non segmentaire par tacrolimus pommade à 0,1 % : étude en double insu contre placebo - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.061 
M. Cavalié a, , K. Ezzedine b, E. Fontas c, H. Montaudié a, E. Castela a, P. Bahadoran a, d, J.-P. Lacour a, T. Passeron a, e
a Dermatologie, CHU de Nice, Nice, France 
b Dermatologie, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
c Études cliniques, CHU de Nice, Nice, France 
d Centre de recherche clinique, CHU de Nice, Nice, France 
e Équipe 12, C3M, Inserm, U1065, Nice, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le vitiligo est une maladie ayant un impact important sur la qualité de vie. La redépigmentation après un traitement efficace est un phénomène fréquent avec un taux de rechutes à un an évalué à plus de 40 %. À ce jour, il n’existe aucun traitement d’entretien dans le vitiligo qui pourrait prévenir ces rechutes. Notre objectif était d’évaluer l’efficacité d’un traitement d’entretien par tacrolimus topique à raison de 2 fois par semaine dans la prévention des rechutes chez des patients atteints de vitiligo ayant obtenu une repigmentation supérieure à 75 % suite à un traitement.

Patients et méthodes

Nous avons réalisé une étude prospective bicentrique comparative randomisée contre placebo. Cette étude a été effectuée dans les services de dermatologie du CHU de Nice et du CHU de Bordeaux, et s’est déroulée de décembre 2011 à octobre 2013. Les patients devaient appliquer la pommade 2 fois par semaine pendant 24 semaines. L’évaluation était faite en insu du traitement administré sur comparaison des photographies avant et après 24 semaines de traitement par 2 évaluateurs indépendants. Le critère d’évaluation principal était le pourcentage de lésions sans nouvelle dépigmentation à 6 mois.

Résultats

Trente-cinq patients avec 67 plaques de vitiligo ont été inclus. Il n’y avait pas de différence significative dans la saison d’inclusion entre les 2 groupes (p=0,98), ni dans l’évolutivité du vitiligo (p=0,25).

En analyse per-protocole, 46 % des lésions sous placebo ont dépigmenté contre 9 % des lésions dans le groupe Protopic® 0,1 % (p=0,001 %). En analyse en intention de traiter avec recherche du biais maximal, 43 % des lésions sous placebo ont dépigmenté contre 17 % dans le groupe Protopic® 0,1 % (p=0,03). La tolérance du traitement a été bonne dans les 2 groupes.

Discussion

Cette étude montre que le tacrolimus topique utilisé en traitement proactif à raison de 2 applications par semaine permet de diminuer de façon significative les rechutes sur des plaques de vitiligo ayant précédemment repigmenté. Au-delà de la démonstration de la possibilité de réduire les rechutes dans cette pathologie ayant un impact important sur la qualité de vie, ces résultats ont des répercussions très pratiques pour la prise en charge des patients. Le tacrolimus pommade pourrait être ainsi proposé en prévention secondaire chez des patients ayant déjà eu des rechutes après un épisode de repigmentation.

Conclusion

Le tacrolimus à 0,1 % en application bihebdomadaire est le premier traitement préventif des rechutes dans le vitiligo tout en restant peu contraignant pour les patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Protopic® 0,1 %, Tacrolimus pommade à 0,1 %, Traitement proactif, Vitiligo


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S246-S247 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Vitiligo réfractaire non segmentaire traité par un protocole UVB-laser CO2 fractionné (10 600 nm)-UVB
  • J. Hélou, I. Maatouk, R. Tomb
| Article suivant Article suivant
  • Apparition de vitiligo sous biothérapie : une série de 12 cas
  • L. Mery-Bossard, E. Mahé, G. Chaby, F. Maccari, N. Quilès, Z. Reguiai, A. Khemis, A. Grasland, M. Guerin, D. Jullien, K. Bagny, J. Sibilia, E. Toussirot, RESOPSO/CRI

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.