Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mélanome de Dubreuilh non invasif sur la biopsie : critères anatomopathologiques en faveur de l’invasion sur la pièce opératoire - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.078 
C. Fargeas a, , E. Funck-Brentano b, T. Clerici a, I. Aouidad b, J.-F. Sei b, V. Chaussade b, U. Zimmermann a, P. Saiag b
a Anatomopathologie, hôpital Ambroise-Paré, CHU Paris Île-de-France Ouest, Boulogne-Billancourt, France 
b Dermatologie, hôpital Ambroise-Paré, CHU Paris Île-de-France Ouest, Boulogne-Billancourt, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le mélanome de Dubreuilh (MD) survient chez des sujets âgés, en zone photo-exposée et peut être de grande taille. Histologiquement, il correspond initialement à une prolifération mélanocytaire intradermique jointive de mélanocytes atypiques le long de la membrane basale avec regroupement en thèques et propagation intrapilaire (MD in situ ou Lentigo malin), précédent le stade invasif (Lentigo Malin Melanoma). Le traitement est chirurgical avec des marges de 10 mm, réduites à 5 mm avec une analyse histologique exhaustive des marges (par exemple chirurgie micrographique en collerette CMC) pour le MD in situ. Notre précédente étude portant sur 118 MD montre que la biopsie méconnaît le caractère invasif du MD dans plus de 50 % des cas et aucun critère clinique prédictif d’invasion n’a été mis en évidence (C0134-JDP2013). Notre but est de rechercher des critères anatomopathologiques prédictifs sur la biopsie du caractère invasif du MD sur la pièce opératoire.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective comparant les biopsies initiales en faveur d’un MD in situ alors que l’exérèse révélait un MD invasif (cas), à celles de MD in situ (témoins), appariés sur l’âge, et sélectionnés à partir de patients opérés par CMC de 1999 à 2013. Une relecture des biopsies était effectuée en aveugle sans connaître le résultat de l’exérèse par un dermato-pathologiste. Les critères étudiés étaient la présence ou non d’ascension, d’atypies cytologiques, de cellules géantes, de confluence des thèques et leur taille (en mm), et l’intensité de l’inflammation (aucune, faible, modérée ou forte). Les tests Chi2 et Student ont été utilisés.

Résultats

Dix-huit cas et 18 témoins ont été inclus. Quatre critères étaient plus fréquemment observés pour les cas dont 2 fortement significatifs : confluence des thèques (cas/témoins = 16/3 ; p=0,00001) et présence d’une inflammation modérée à forte retrouvée dans deux tiers des cas (n=12) alors que de telles intensités n’étaient jamais observées dans le groupe témoin (p=0,0003). De plus, la taille des thèques était presque 2 fois supérieure pour les cas (0,23 vs 0,14 mm ; p=0,049) et l’ascension était plus fréquente (p=0,01). Les autres critères étudiés n’étaient pas significativement différents.

Discussion

Cette étude révèle principalement deux critères anatomopathologiques prédictifs d’invasion du MD sur la biopsie : la confluence des thèques et une inflammation modérée à forte. À l’inverse, l’absence de ces critères serait en faveur d’un authentique MD in situ et pourrait influencer notre pratique en privilégiant des techniques comme la CMC avec 5 mm de marges ou l’utilisation de topique comme l’imiquimod actuellement en cours d’essai.

Conclusion

La confluence des thèques et l’intensité de l’inflammation nous semblent deux critères prédictifs du caractère invasif du MD pouvant influencer la prise en charge des MD. Une plus grande série devra néanmoins confirmer ce résultat.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Chirurgie micrographique en collerette, Confluence thèque, Inflammation, Mélanome de Dubreuilh


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S255-S256 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Des mutations tronquantes du gène TP53AIP1 sont associées à une prédisposition au mélanome
  • M. Benfodda, S. Gazal, H. Hui-Han, A. Riffault, V. Ddescamps, P. Saiag, N. Soufir
| Article suivant Article suivant
  • Devenir à cinq ans de 163 mélanomes repris par greffe de peau mince versus lambeau. Étude rétrospective
  • M.-H. Commin, Y. Surlemont, D. Coquerel Beghin, A. De Barros Boishardy, P. Courville, C. Boivin, A.-B. Duval Modeste, P. Joly, X. Balguerie

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.