Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Efficacité de la vinblastine dans le lymphome T cutané primitif anaplasique à grandes cellules CD30+ - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.101 
P. Laly a, , S. Oro b, M. Beylot-Barry c, L. Verneuil d, H. Adamski e, A. Mirkamali b, A. Pham-Ledard c, M. Dinulescu e, C. Brugière d, C. Ram-Wolff a, P. Brice f, M. Bagot a
a Dermatologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
b Dermatologie, hôpital Henri Mondor, Créteil, France 
c Dermatologie, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
d Dermatologie, CHU de Caen, Caen, France 
e Dermatologie, CHU de Rennes, Rennes, France 
f Hématologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le lymphome T cutané primitif à grandes cellules (C-ALCL) est une lymphoprolifération CD30 de bon pronostic. Il se présente comme des plaques ou nodules localisés ou plus rarement disséminés. Alors que le traitement des formes localisées est bien codifié (radiothérapie ou chirurgie), celui des formes disséminées n’est pas consensuel. Le méthotrexate est souvent utilisé en première intention, malgré des données publiées limitées et l’absence d’essai comparatif. Les polychimiothérapies type CHOP sont utilisées en cas d’atteinte extracutanée. Le brentuximab est une option en cas d’échec ou de rechute, mais dont les résultats incertains à long terme, la tolérance et le coût limitent l’utilisation. Nous rapportons 7 cas, recrutés au sein du Groupe français d’Étude des lymphomes cutanés, traités efficacement par vinblastine (Velbé®) en monothérapie.

Observations

Sept patients, 3 hommes et 4 femmes, âgés de 37 à 94 ans, avaient un C-ALCL évoluant depuis 3 mois à 19 ans. Six étaient en récidive après 1 à 5 lignes de traitement (radiothérapie, n=4 ; méthotrexate, n=4 ; chimiothérapie, n=2) et 1 naïf de tout traitement. Un patient était au stade T1, 4 au stade T2 et 2 au stade T3, avec des nodules situés sur les membres inférieurs dans 6 cas. Un patient avait une adénopathie satellite non biopsiée. La vinblastine était administrée à la dose de 4 mg/m2 (1 patient) ou 6 mg/m2 (6 patients) tous les 15 jours. Après 2 à 4 injections, tous les patients étaient en rémission partielle (n=3) ou complète (n=4). Trois patients récidivaient sous traitement entre la 7e et la 11e injection, et 4 patients sont toujours traités (avec un recul de 4, 4, 9 et 45 perfusions), en rémission partielle > 75 % ou complète. La tolérance était excellente chez 5 patients, 2 patients avaient une anémie symptomatique traitée par transfusion et un une neutropénie contrôlée par pegfilgastrim.

Discussion

La vinblastine est un alcaloïde de la pervenche utilisé en oncologie, en hématologie (y compris en monothérapie dans des lymphomes anaplasiques de l’enfant), et en dermatologie dans la maladie de Kaposi. Aucune publication n’est disponible dans les lymphomes cutanés. Dans notre série, elle a permis d’obtenir une rémission complète ou partielle très rapide chez tous les patients avec un excellent rapport bénéfice/risque. Une récidive sous traitement est survenue chez 3 patients, mais au moins un cas de rémission au long cours a été observé sans effet secondaire avec recul de 2ans.

Conclusion

La vinblastine est une option thérapeutique dans le traitement des C-ALCL à lésions multiples en rechute particulièrement chez les patients âgés et notre série fait discuter sa place en 2e intention en cas d’échec du méthotrexate.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Lymphome anaplasique à grandes cellules, Lymphoprolifération CD30, Vinblastine


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S267 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mycosis fongoïde syringotrope : caractéristiques clinico-histologiques et évolution chez 19 patients
  • A. De Masson, M. Battistella, M.-D. Vignon-Pennamen, B. Cavelier-Balloy, F. Mouly, M. Rybojad, J.-D. Bouaziz, A. Petit, A. Saussine, S. Ronceray, F. Le Gall, C. Ram-Wolff, P. Assouly, O. Dereure, P. Joly, A. Dallot, A. Dupuy, C. Lebbé, I. Moulonguet, J. Rivet, A. Janin, M. Bagot
| Article suivant Article suivant
  • IPH4102, un anticorps anti-KIR3DL2 humanisé, a une activité antitumorale ciblée in vivo et ex-vivo contre les lymphomes T cutanés
  • A. Marie-Cardine, N. Viaud, N. Thonnart, R. Joly, S. Chanteux, L. Gauthier, C. Bonnafous, B. Rossi, M. Bléry, C. Paturel, A. Bensussan, M. Bagot, H. Sicard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.