Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les facteurs de risque de récidive de la gale humaine - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.110 
A. Aussy a, , H. Cailleux a, E. Houivet b, N. Laaengh a, C. Richard a, C. Bécourt a, C. Boulard a, S. Léger a, N. Litrowski a, A. Samain a, V. Sobocinski c, F. Tétart a, J. Bénichou b, P. Joly a
a Clinique dermatologique, hôpital Charles-Nicolle, Rouen, France 
b Unité de biostatistiques, hôpital Charles-Nicolle, Rouen, France 
c Hôpital Charles-Nicolle, Rouen, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La gale représente actuellement un véritable problème de santé publique. Les échecs de traitement sont fréquents et les raisons en sont mal connues. L’objectif de l’étude était d’identifier les facteurs prédictifs d’échec de traitement.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude cas-témoins multicentrique réalisée entre 2011 et 2013 par des dermatologues hospitaliers et libéraux. Le diagnostic de gale était fait sur des critères standardisés. Les cas correspondaient à des patients consultant pour une récidive de gale survenue dans les 3 mois précédents. Les témoins étaient des patients primo-traités dont on vérifiait la guérison à 3 mois. Un questionnaire était rempli par les médecins et les patients évaluant les modalités de réalisation du traitement, le niveau de compréhension, les conditions socio-économiques et familiales. Une analyse univariée puis multivariée par régression logistique en pas à pas descendant ont été réalisées.

Résultats

Deux cent trente et un patients ont été inclus et 210 analysés (112 cas et 98 témoins) ; 21 patients n’ayant pu être recontactés à 3 mois ont été exclus. Pour les groupes témoins et cas respectivement, 29 et 46 patients ont été traités par traitement local seul, 5 et 12 par traitement local seul, 64 et 54 ont eu les 2 types de traitements. Un échec de traitement était associé à une durée d’évolution > 30 jours lors du diagnostic (OR = 3,97 ; IC 95 % 2,10–7,50), l’absence de traitement local (OR = 2,41 ; IC 95 % 1,02–13,60), l’absence d’une seconde prise de stromectol (OR = 10,2 ; IC 95 % 4,49–23,17) ou sa prise non à jeun (OR = 4,3 ; IC 95 % 1,89–9,84), l’application de dermocorticoïdes (DC) après traitement (OR = 2,05 ; IC 95 % 1,12–3,79), le traitement du seul cas index (OR = 2,59 ; IC 95 % 1,31–5,14), l’absence de consignes écrites remises aux patients (OR = 5,82 ; IC 95 % 2,37–10,44), la présence d’enfants en bas âge gardés en crèche, garderie, ou par une nourrice (OR = 2,55 ; IC 95 % 1,03–6,32), l’absence d’utilisation d’acaricide pour le linge (OR = 8,62 ; IC 95 % 3,46–21,48), l’absence de traitement du mobilier de salon (OR = 5,89 ; IC 95 % 2,34–14,88), des sièges de voiture (OR = 6,56 ; IC 95 % 3,27–13,19) et de la literie (OR = 4,16 ; IC 95 % 1,32–12,84). Aucun facteur socio-économique ou lié au statut familial n’était lié à un échec thérapeutique. L’analyse multivariée confirmait l’association entre l’échec du traitement et un long délai avant traitement (OR = 2,82 ; IC 95 % 1,15–6,89), l’utilisation de DC (OR = 3,00 ; IC 95 % 1,24–7,27), la non-utilisation d’acaricide (OR = 4,74 ; IC 95 % 1,30–17,24) et le non-traitement des sièges auto (OR = 6,02 ; IC 95 % 2,36–15,34).

Discussion

Les facteurs d’échec semblent liés au mode de réalisation du traitement et non aux conditions familiales ou socio-économiques. L’importance d’une seconde prise de stromectol, de consignes écrites, l’utilisation d’acaricides et le rôle délétère des DC sont suggérés.

Conclusion

Cette étude montre que le non-respect des règles complexes de traitement de la gale est le principal facteur d’échec de traitement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Gale, Récidive, Traitement


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S271-S272 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Facteurs associés aux gales en échec de traitement : étude observationnelle
  • B. De Sainte-Marie, S. Mallet, C. Gaudy, K. Baumstarck, N. Bentaleb, A. Loundou, S. Hesse, S. Monestier, J.-J. Grob, M.-A. Richard
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt de la technique de recherche des sarcoptes par PCR dans le diagnostic de la gale
  • S. Mallet, C. Mary, B. De Sainte-Marie, N. Bentaleb, C. Gaudy-Marqueste, C. Darles, M.-A. Richard, J.-J. Grob, R. Piarroux

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.