Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Lymphocytes B régulateurs et GVH chronique humaine - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.123 
A. De Masson a, b, , H. Le Buanec a, M. Bagot a, b, M. Robin c, N. Parquet d, R. Peffault de Latour c, A. Bensussan a, G. Socié c, J.-D. Bouaziz a, b
a Inserm U976, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
b Dermatologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
c Hématologie-Greffes, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
d Aphérèse thérapeutique, hôpital Saint-Louis, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La réaction chronique du greffon contre l’hôte (GVHc) est une complication fréquente de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques, pour laquelle il n’existe pas de traitement curatif. Les lymphocytes B régulateurs (Bregs) sont capables de réguler les réactions inflammatoires par le biais de la sécrétion d’interleukine 10 (IL-10) et leur rôle a été démontré chez l’homme au cours de maladies auto-immunes mais n’a pas été étudié dans la GVHc humaine. Le but de cette étude était d’analyser l’existence d’un déficit quantitatif ou fonctionnel des Bregs au cours de la GVHc humaine.

Matériel et méthodes

Les critères d’inclusion étaient :

– patient ayant subi une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;

– ayant signé un consentement éclairé pour la participation à l’étude.

Les Bregs étaient définis comme les cellules CD19+IL10+ en cytométrie de flux après 66 heures de stimulation in vitro des cellules mononucléées du sang périphérique par CpG-B 3 μg/mL et restimulation pendant 5h par PMA et ionomycine en présence de bréfeldine A. Le diagnostic et le score, le caractère actif ou en rémission de la GVHc étaient établis selon les critères internationaux du National Institute of Health. Les moyennes étaient comparées à l’aide d’un test non paramétrique de Mann-Whitney et les proportions à l’aide d’un test exact de Fisher.

Observations

Trente-deux patients ont été inclus : 12 avec GVHc active, 12 avec GVHc en rémission, 8 allogreffés sans antécédent de GVHc, ainsi que 12 donneurs sains (DS). L’âge moyen des patients était de 46 ans (20–66), 18 étaient des hommes (56 %) et 30 (94 %) avaient été allogreffés pour une hémopathie maligne. Sur les 24 patients atteints de GVHc, 22 (92 %) présentaient une atteinte cutanée (lichénoïde, n=8 ; sclérodermiforme, n=13 ; les deux, n=2 ; autre type, n=3). Il n’y avait pas de différence significative entre les patients avec GVHc active et en rémission en termes de sexe, âge, délai depuis l’allogreffe, nombre de patients recevant des immunosuppresseurs.

Résultats

Le pourcentage moyen de Bregs était de 0,5 % (± 0,3 %) des lymphocytes B totaux chez les patients atteints de GVHc active, significativement plus faible que chez les patients en rémission (2 % ± 1,4 % ; p=0,0002), allogreffés sans GVH (2,3 % ± 0,8 % ; p=0,0001) et DS (2,6 % ± 1,3 % ; p=0,0001). Trois patients traités par photochimiothérapie extracorporelle (PCE) présentaient une rémission partielle de la GVHc ; leur pourcentage moyen de Bregs était de 0,9 % (± 0,2 %) avant PCE et 5 % (± 2,4 % ; p=0,1) 3 mois après le début de la PCE.

Discussion

Afin de comprendre le rôle de ce déficit en Bregs dans la physiopathologie de la GVHc, la capacité des Bregs à réguler les réactions allo-immunes reste à étudier. L’action de la PCE sur les Bregs mérite également d’être confirmée sur un plus grand nombre de patients et son mécanisme investigué.

Conclusion

La GVHc cutanée est associée à un déficit quantitatif en Bregs, ce déficit pouvant être amélioré par la PCE.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : GVH, GVH chronique, IL-10, Immunologie, Immunopathologie, Lymphocytes B régulateurs


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S278 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Fractures osseuses dans la mastocytose : analyse d’une cohorte de patients
  • M. Eischen, C. Paul, J. Bernard, C. Laurent, P. Dubreuil, P. Laharrague, S. Evrard, P.-A. Apoil, L. Lamant, E. Espinosa, S. Tavitian, C. Pouplard, O. Hermine, M. Laroche, C. Bulai Livideanu
| Article suivant Article suivant
  • Atteinte du carrefour oro-pharyngé au cours de la dermatomyosite : étude rétrospective de 23 cas
  • T. Bounfour, M. Rybojad, A. Saussine, C. Demongeot, A. Petit, F. Cordoliani, M. Bagot, J.-D. Bouaziz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.