Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La phototoxicité des anti-B-RAF : UVA exclusive et rapidement régressive - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.134 
R. Gabeff , H. Dutartre, A. Gatesous, A. Khammari, B. Dreno
 Onco-dermatologie, hôpital Hôtel-Dieu, Nantes, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Dans une étude préalable, nous avons montré l’existence d’une phototoxicité immédiate dans le spectre exclusif des UVA chez des patients traités par vémurafénib.

Afin d’approfondir la connaissance de cette phototoxicité UVA induite, nous avons voulu étudier l’implication du rayonnement visible dans cette phototoxicité d’une manière similaire à l’urticaire solaire, le délai de sa disparition après l’arrêt du traitement et les différences potentielles de phototoxicité entre les anti-B-RAF associés ou non avec un anti-Mek.

Patients et méthodes

Nous avons réalisé une étude prospective, observationnelle dans le service d’onco-dermatologie du CHU de Nantes. Dix-huit patients avec un mélanome de stade IV ou IIIc non résécables, précédemment traités ou non, porteurs d’une mutation BRAFV600E, devant recevoir un traitement par vémurafénib, dabrafénib ou l’association vémurafénib-comibétinib ont été inclus dans cette étude à partir de décembre 2013. Nous avons réalisé un test en lumière visible avant l’initiation et après 2 mois de traitement. La dose d’UVA déclenchant une phototoxicité immédiate a été déterminée à deux mois de traitement. Chez les patients qui arrêtaient le traitement, une phototoxicité immédiate était recherchée une semaine et un mois après l’arrêt.

Résultats

Onze patients traités par vémurafénib, 4 par dabrafénib et 3 par l’association vémurafénib-cométinib ont été inclus.

Les tests en lumière visible réalisés avant l’initiation du traitement et 2 mois après sont tous restés négatifs. Une phototoxicité immédiate aux UVA a été trouvée chez 16/18 patients. Les seuils médians de réactivité UVA étaient de 10 J/cm2 pour le vémurafénib, de 14 J/cm2 pour le dabrafénib et de 11 J/cm2 pour l’association vémurafénib-cométinib.

La phototoxicité immédiate aux UVA du vémurafénib persistait une semaine après l’arrêt et disparaissait à un mois.

Discussion

Nous avons montré que la lumière visible n’était pas impliquée dans la phototoxicité UVA des anti-B-RAF, contrairement à l’urticaire solaire, ce qui explique la bonne efficacité préventive des photo-protecteurs à partir du moment où ils ont un filtre UVA adapté. Notre étude confirme que les seuils de réactivité immédiate aux UVA sont abaissés chez tous les patients traités. Elle apparaît plus faible avec le dabrafénib. L’association du cométinib au vémurafénib ne semble pas augmenter la réactivité aux UVA. Enfin, cette phototoxicité UVA disparaît rapidement dès la première semaine après l’arrêt du traitement.

Conclusion

Pour la première fois, il est montré que la lumière visible ne participe pas à la phototoxicité UVA des anti-B-RAF et que la régression de cette phototoxicité est rapide après l’arrêt du traitement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : B-RAF, Dabrafénib, Phototoxicité, Vémurafénib


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S284 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude de l’homogénéité du statut BRAF au sein du mélanome primitif et de ses métastases chez les patients atteints d’un mélanome métastatique
  • C. Nardin, E. Puzenat, J.-L. Pretet, M.-P. Algros, A. Doussot, M. Puyraveau, C. Mougin, F. Aubin
| Article suivant Article suivant
  • Mélanome métastatique et toxicité cutanée sévère : permutation entre inhibiteurs de BRAF
  • A. Sgarioto, E. Papy, N. Feton, I. Scheer, B. Crickx, P. Arnaud, E. Maubec

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.