Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Taux de vitamine D au diagnostic et pendant le suivi du mélanome cutané : étude prospective sur cohorte de sa valeur pronostique - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.136 
P. Saiag a, , P. Aegerter b, D. Vitoux c, C. Lebbé d, P. Wolkenstein e, N. Dupin f, V. Descamps g, S. Aractingi f, M. Boniol h, i

MelanCohort

a Dermatologie, hôpital Ambroise-Paré, université de Versailles, Boulogne-Billancourt, France 
b Biostatistiques, hôpital Ambroise-Paré, Boulogne-Billancourt, France 
c Biochimie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
d Dermatologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
e Dermatologie, hôpital Henri-Mondor, Créteil, France 
f Dermatologie, hôpital Tarnier, Paris, France 
g Dermatologie, hôpital Bichat, Paris, France 
h Strathclyde Institute for Global Public Health at iPRI, Lyon, France 
i International Prevention Research Institute (iPRI), Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Des taux bas de 25 hydroxyvitamine D (25(OH)D3), la forme de transport de la vitamine D, prélevée au diagnostic, seraient liés à une survie plus courte du mélanome cutané (Newton-Bishop J, J Clin Oncol, 2009). Nous avons prospectivement étudié la valeur pronostique de son taux au diagnostic et pendant le suivi de mélanomes de stade AJCC I-III.

Matériel et méthodes

MelanCohort, cohorte prospective de mélanomes invasifs, a recruté dans les hôpitaux universitaires parisiens entre 2003 et 2008 dans les 3 mois qui suivent le diagnostic de mélanome. Du sérum était prélevé à l’entrée dans la cohorte et pendant le suivi. Le taux de 25(OH)D3, mesuré par spectroscopie de masse, a été standardisé en fonction des paramètres connus de sa variation : mois du prélèvement, âge, sexe, indice de masse corporelle (IMC). Le rôle pronostique du taux de 25(OH)D3 à l’inclusion et pendant le suivi sur les survies sans récidive (DFS) et globales (OS) a été analysé à l’aide d’un modèle de Cox ajusté sur l’âge, le sexe, l’IMC, et le stade AJCC.

Observations

Mille cent soixante et onze patients ont été inclus, dont 411 ont présenté ≥ 1 récidive et 303 un décès ; 3,3 mesures de 25(OH)D3 ont été pratiquées en moyenne par patient.

Résultats

Les taux de 25(OH)D3 à l’inclusion étaient bas (médiane 50,3 nmol/L, interquartile range 37–66) et inversement corrélés avec les facteurs pronostiques du mélanome comme le staging AJCC (p<0,0001 Kruskal-Wallis), l’indice de Breslow (p<0,0001 Spearman), l’ulcération (p=0,0008 Kruskal-Wallis), mais pas, en analyse multivariée avec la DFS, qu’ils soient pris comme une variable continue (p=0,717) ou catégorielle.

Les modifications au cours du suivi de son taux étaient significativement associées à une moindre DFS. En prenant comme référence le 3e quartile Q3 de plus faible variation de 25(OH)D3 (−0,48 ; 4,60 nmol/L/an), les hazard ratios étaient pour Q1 (< −5,23 nmol/L/an) de 2,09 (IN 95 % 1,46–2,98), pour Q2 (−5,23 ; −0,48 nmol/L/an) de 1,34 (IC 95 % 0,92–1,94) et pour Q4 (> 4,60 nmol/L/an) de 1,70 (IC 95 % 1,20–2,41). En analyse de sensibilité, aucune différence significative n’était observée selon le staging AJCC, le nombre de mesures de 25(OH)D3, ou en fonction de son taux à l’inclusion. Aucun lien de causalité inverse n’a été identifié. Les mêmes analyses effectuées sur l’OS ont fourni des résultats similaires.

Discussion

Nous montrons, pour la première fois et dans une vaste cohorte de patients, que la variation au cours du suivi de la concentration de 25(OH)D3 est un marqueur pronostique indépendant du mélanome de stades I–III, mais pas son taux à l’inclusion. L’association rapportée entre mauvais pronostic et taux bas de 25(OH)D3 à l’inclusion était liée à un ajustement insuffisant sur les facteurs pronostiques du mélanome.

Conclusion

La dérégulation des mécanismes de contrôle du taux d’une hormone normalement aussi finement régulée qu’est la vitamine D a probablement une valeur pronostique au cours de l’évolution du mélanome.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Mélanome, Pronostic, Vitamine D


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S285 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mélanome métastatique et toxicité cutanée sévère : permutation entre inhibiteurs de BRAF
  • A. Sgarioto, E. Papy, N. Feton, I. Scheer, B. Crickx, P. Arnaud, E. Maubec
| Article suivant Article suivant
  • Réintroduction d’un inhibiteur de BRAF après traitement systémique chez des patients avec mélanome métastatique
  • J. Roux, C. Pages, D. Malouf, M. Nika, M. Baccard, C. Comte, A. Archimbaud, M. Battistella, M. Viguier, S. Mourah, M. Bagot, C. Lebbé

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.