Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude multicentrique de phase II non contrôlée évaluant l’intérêt du nilotinib dans le traitement des mélanomes avancés mutés ou amplifiés c-KIT - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.138 
C. Lebbé a, , S. Chevret b, T. Jouary c, S. Dalac d, B. Guillot e, S. Dalle f, J.-P. Arnaud g, M.F. Avril h, C. Bedane i, G. Bens j, M. Beylot-Barry k, S. Mansart l, F. Grange m, N. Meyer n, L. Machet o, L. Misery p, P. Saiag q, C. Pages a, M. Battistella r, S. Mourah s, N. Dumaz t

Groupe de cancérologie cutanée de la Société française de dermatologie

a Dermatologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
b DBIM, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
c Dermatologie, CHR de Pau, Pau, France 
d Dermatologie, CHU de Dijon, Dijon, France 
e Dermatologie, CHU de Montpellier, Montpellier, France 
f Dermatologie, Hospices civils, Lyon, France 
g Dermatologie, CHU d’Amiens, Amiens, France 
h Dermatologie, CHU Cochin, Paris, France 
i Dermatologie, CHU Dupuytren, Limoge, France 
j Dermatologie, CHR d’Orléans, Orléans, France 
k Dermatologie, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
l Dermatologie, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 
m Dermatologie, CHU de Reims, Reims, France 
n Dermatologie, CHU de Toulouse, Toulouse, France 
o Dermatologie, CHU de Tours, Tours, France 
p Dermatologie, CHU de Brest, Brest, France 
q Dermatologie, hôpital Ambroise-Paré, Boulogne-Billancourt, France 
r Pathologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
s Pharmacologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
t Inserm U976, hôpital Saint-Louis, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Environ 1 % des mélanomes a une mutation de c-KIT et 3 études de phases II non contrôlées ont montré 20 % de réponse à l’imatinib. Notre but était d’évaluer l’intérêt thérapeutique du nilotinib, inhibiteur de c-KIT ayant certains avantages pharmacologiques.

Observations

Vingt-cinq patients ont été inclus du 27/10/2010 au 27/08/2012 ; 13 femmes (52 %) ; âge médian 70 ans ; IQR [62 ; 76] ans (extrêmes, 43–87). Vingt-deux patients (88 %) présentaient des tumeurs avec des mutations de KIT, 5 (20 %) avec une amplification de kit, et 3 (12 %) présentaient les deux à la fois. Un patient (4 %) avait un mélanome primitif non résécable, 3 (12 %) un mélanome de stade III non opérable, 21 (84 %) un mélanome de stade IV. Treize (52 %) des patients étaient naïfs de chimiothérapie, 12 (48 %) avaient déjà reçu la dacarbazine ou fotémustine, ou une immunothérapie. Le suivi médian était de 3 mois (IQR 2–7, extrêmes 0,3 à 12).

Au total, on observait 4 patients en réponse à 6 mois. La probabilité de réponse à 6 mois est estimée à 16 % (IC 90 % 7,17 –>100). L’hypothèse nulle n’est donc pas rejetée avec un degré de signification = 0,113 %. Sur le critère de réponse indépendant de la date, les 5 réponses observées permettent de rejeter l’hypothèse nulle de non efficacité (probabilité de réponse 20 % ; IC 90 % 10,06 –>100 ; degré de signification 0,036 %). Toutes les réponses sont survenues chez des patients avec mutation KIT. Six patients sont décédés. À 6 mois (comme à 12), le taux de survie était de 67,2 % (IC 95 % 48,1–93,7).

Les 25 patients ont développé un total de 236 effets indésirables (EI), la plupart de grade 1 (n=146 chez 21 patients) et de grade 2 (47 à 13 pts), et moins souvent de grade 3 (39 à 18 pts) ou de grade 4 (3 à 3 pts : 2 dyspnée, une insuffisance rénale) 1 décès est à noter.

Discussion

L’évaluation des biomarqueurs est en cours.

Conclusion

Le nilotinib a un niveau d’efficacité comparable à l’imatinib dans le traitement du mélanome avancé muté c-KIT et peut donc être ajouté à notre arsenal thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : c-KIT, Mélanome, Nilotinib


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S286 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Réintroduction d’un inhibiteur de BRAF après traitement systémique chez des patients avec mélanome métastatique
  • J. Roux, C. Pages, D. Malouf, M. Nika, M. Baccard, C. Comte, A. Archimbaud, M. Battistella, M. Viguier, S. Mourah, M. Bagot, C. Lebbé
| Article suivant Article suivant
  • Nouvelle transplantation rénale après maladie de Kaposi du transplanté
  • G. Bohelay, C. Rabaté, L. Le Cleach, S. Barete, S. Euvrard, C. Lebbé, C. Francès

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.