Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Apparition de gammapathie monoclonale sous biothérapie dans le psoriasis : résultats préliminaires d’une étude rétrospective multicentrique française - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.155 
A.-L. Liegeon a, , E. Begon b, E. Mahé c, C. Poreaux a, E. Esteve d, N. Quiles-Tsimaratos e, M. Avenel-Audran f, G. Chaby g, A. Schoeffler h, L. Mery-Bossard i, C. Pauwels j, C. Girard k, H. Maillard l, D. Barthelme m, C. Bernier n, Z. Reguiai o, F. Maccari p, J.-L. Schmutz a

RESOPSO

a Dermatologie, CHU Brabois, Vandœuvre-les-Nancy, France 
b Dermatologie, hôpital de Pontoise, Pontoise, France 
c Dermatologie, hôpital Victor-Dupouy, Argenteuil, France 
d Dermatologie, CHR d’Orléans, Orléans, France 
e Dermatologie, hôpital Saint-Joseph, Marseille, France 
f Dermatologie, CHU d’Angers, Angers, France 
g Dermatologie, hôpital Sud, Amiens, France 
h Dermatologie, CHR Metz-Thionville, Thionville, France 
i Dermatologie, hôpital F.-Quesnay, Mantes-la-Jolie, France 
j Dermatologie, CHI Saint-Germain en-Laye, Saint-Germain-en-Laye, France 
k Dermatologie, CHU de Montpellier, Montpellier, France 
l Dermatologie, CH Le Mans, Le Mans, France 
m Dermatologie, hôpital de Pau, Pau, France 
n Dermatologie, CHU de Nantes, Nantes, France 
o Dermatologie, CHU de Reims, Reims, France 
p Dermatologie, hôpital des instructions des armées Bégin, Saint-Mandé, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique dont la prise en charge thérapeutique s’est vue modifiée par l’arrivée des biothérapies. Les effets secondaires de ces traitements sont infectieux et cancéreux. Plusieurs cas cliniques et une étude ont suggéré le lien entre l’apparition de gammapathie monoclonale et ces nouveaux traitements.

Matériel et méthodes

Nous avons réalisé une étude multicentrique rétrospective française basée sur le volontariat. Les critères d’inclusion étaient les patients majeurs, présentant un psoriasis, quelle que soit sa forme clinique, sous biothérapie, ayant eu une électrophorèse des protéines sériques (EPS) avant le début du traitement et après minimum 6 mois de prise du traitement, ou d’une EPS non pathologique dans les 6 mois après le début d’un traitement sans EPS initiale.

Observations

L’objectif principal était d’étudier la prévalence de l’apparition de gammapathie monoclonale sous biothérapie.

Résultats

La date de fin de recueil de données est prévue le 15 juillet. Sont présentés ici les résultats intermédiaires ; 381 fiches de recueil de données ont pu être interprétées. La moyenne d’âge était de 48,6 ans. La forme clinique prépondérante était le psoriasis en plaque (88,1 %). Il existait un rhumatisme psoriasique dans 27,3 % des cas.

Trois patients ont présenté une gammapathie monoclonale dont le bilan était en faveur d’une gammapathie monoclonale de signification indéterminée (MGUS) (0,7 %). Parmi ces patients, 1 était sous adalimumab, 1 était sous infliximab et 1 sous ustékinumab. Le délai moyen d’apparition de la gammapathie monoclonale était de 20,3 mois et l’âge moyen au diagnostic était de 47 ans. Seize patients, dont 12 (75 %) présentant un rhumatisme psoriasique (RP) ont vu apparaître une hypergammaglobulinémie polyclonale (HGP) (4,2 %) dont la cause était indéterminée chez 9 d’entre eux. Il existait une HGP persistante sous traitement chez 20 patients (5 %), dont 12 (60 %) avaient un RP.

Discussion

Les MGUS sont fréquentes, puisqu’elles atteignent 1 % de la population à 60 ans. Le risque de progression vers un myélome multiple est de 1 % par an, justifiant une surveillance accrue. Nos résultats intermédiaires ne semblent pas montrer une prévalence accrue des MGUS par rapport à la population française contrairement aux cas rapportés et notamment aux résultats de l’étude italienne. Il semble toutefois exister une augmentation polyclonale des gammaglobulines, probablement expliquée par un état inflammatoire chronique des patients présentant un psoriasis et un RP.

Conclusion

Notre étude ne semble pas montrer, en l’état, une augmentation significative de la prévalence des MGUS chez les patients traités par biothérapie pour un psoriasis. Toutefois, il semble justifier de poursuivre une surveillance annuelle chez ces patients présentant un profil inflammatoire chronique.

Notre étude ne semble pas montrer, en l’état, une augmentation significative de la prévalence des MGUS chez les patients traités par biothérapie pour un psoriasis. Toutefois, il semble justifié de poursuivre une surveillance annuelle chez ces patients présentant un profil inflammatoire chronique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Biothérapie, Gammapathie monoclonale, Psoriasis


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S295 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité d’une troisième ligne de biomédicament dans le traitement du psoriasis sévère
  • A. Chaddouki, V. Florin, C. Becquart, A. Villani, A.-C. Cottencin, J. Labreuche, D. Jullien, E. Delaporte, D. Staumont-Sallé
| Article suivant Article suivant
  • Traitements systémiques du psoriasis de l’enfant : étude multicentrique nationale chez 140 enfants
  • L. Charbit, E. Mahe, A. Phan, C. Droitcourt, F. Boralevi, E. Puzenat, C. Abasq, H. Aubert, S. Barbarot, M. Avenel-Audran, L. Rodriguez, E. Begon, S. Mallet, X. Balguerie, F. Aubin, M. Piram, A.-L. Souillet, A. Maruani, P. Plantin, E. Bourrat, J.-P. Lacour, C. Chiaverini, J. Mazereeuw-Hautier, C. Labreze, A. Lasek, C. Fleuret, I. Kupfer, S. Hadj-Rabia, A.-C. Bursztejn, Pour le Groupe de recherche de la Société française de dermatologie pédiatrique

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.