Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mise en place en France du modèle animal porcin de gale sarcoptique : future méthode expérimentale d’évaluation thérapeutique et entomologique chez l’homme ? - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.166 
C. Bernigaud a, , F. Fang a, K. Fischer b, D. Dreau c, B. Hutchinson d, F. Moreau e, T. Lilin e, A. Kelly d, F. Botterel a, O. Chosidow f, J. Guillot a
a Équipe Dynamyc, école nationale vétérinaire d’Alfort, UPEC, Maisons-Alfort, France 
b Infections Diseases Department, QIMR Berghofer Medical Research Institute, Brisbane, Australie 
c Cecaveto, Saint-Allouestre, France 
d Department of Agriculture, Fisheries and Forestry, QD Animal Science Precinct, UQ, Gatton, Australie 
e Centre de recherche biomédicale, école nationale vétérinaire d’Alfort, Maisons-Alfort, France 
f Dermatologie, hôpital Henri-Mondor, UPEC, Créteil, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les recherches sur la gale sont limitées par les difficultés d’accès au parasite (Sarcoptes scabiei) et l’absence de cultures in vitro. Un modèle expérimental a été décrit chez le lapin aux États-Unis et chez le porc en Australie (Mounsey et al.). L’objectif de ce projet était la mise en place en France du modèle animal porcin.

Matériel et méthodes

Une collaboration avec l’équipe australienne (QIMR, Brisbane) a permis d’apprendre sur place le modèle et d’utiliser le protocole à l’École nationale vétérinaire d’Alfort. Des porcs de 4 semaines ont été expérimentalement infestés par des centaines de sarcoptes variété suis issus de porcs naturellement parasités d’un élevage du Finistère (groupe 1). Les parasites des porcs du groupe 1 ont permis d’infester un groupe 2, pérennisant ainsi la souche infestante. Pour amplifier l’infestation parasitaire, les animaux ont reçu une corticothérapie par dexaméthasone (0,2 mg/kg/j) per os, débutée une semaine avant l’infestation et maintenue durant toute l’étude. Pour confirmer l’infestation et suivre son évolution, un score clinique de 0 à 90 (mesurant l’intensité de l’érythème et de l’hyperkératose, et la surface cutanée atteinte) a été établi. Le prurit était évalué par l’évaluation du grattage durant 15 min (claquage d’oreilles, frottement, grattage otopodal). Le nombre de sarcoptes des raclages était compté. Des tests Elisa détectaient le titre d’IgG anti-sarcopte dans le sérum, permettant un suivi sérologique. Le financement était assuré par une subvention de la Société française de dermatologie et de la Fondation René-Touraine. L’étude a été acceptée par le comité d’éthique local.

Observations

Deux groupes de 3 et 12 porcs ont été infestés. Des lésions cutanées sont apparues 2 semaines (S2) après l’infestation et des lésions hyperkératosiques à S4. Le score clinique s’est stabilisé à partir de S7 avec une moyenne maximale de 52,7 (IC 95 % 49,0–56,3). Le score de prurit était nul avant l’infestation puis augmentait avec une moyenne maximale de 7,3 (IC 95 % 3,2–10,8) à S8. Les raclages retrouvaient en moyenne à S9 : 44,3 parasites/prélèvement (IC 95 % 16,2–72,3) et le stade évolutif (mâles ou femelles, nymphes, larves, œufs) pouvait être identifié. Les anticorps anti-sarcoptes étaient détectables à partir de S5 et les titres ont augmenté au cours de l’infestation.

Discussion

Ce modèle expérimental rend possible la réalisation d’études comparant l’activité acaricide de différents traitements antiscabieux, notamment les lactones macrocycliques. Il permettra aussi des études entomologiques (ex. : survie des parasites dans l’environnement, mode de transmission, cycle de développement).

Conclusion

La gale demeure un problème de santé publique. Ce modèle animal devrait permettre de mieux évaluer des hypothèses de recherche concernant la prise en charge de la gale et faciliter leurs applications à l’Homme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Gale, Modèle animal, Porc, Sarcoptes


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S300-S301 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude de cohorte internationale TOSCA sur la sclérose tubéreuse de Bourneville : premiers résultats
  • J. Mazereeuw-Hautier, C. Chiaverini, J.-C. Kingswood, M. Feucht, TOSCA Consortium
| Article suivant Article suivant
  • Comparaison de l’activité de l’ivermectine et de la moxidectine orales dans un modèle porcin de gale sarcoptique
  • C. Bernigaud, F. Fang, K. Fischer, A. Lespine, F. Moreau, T. Lilin, A. Kelly, F. Botterel, J. Guillot, O. Chosidow

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.