Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Utilisation du fébuxostat chez les patients ayant un antécédent de réaction cutanée à l’allopurinol - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.170 
J.-C. Roujeau a, , R.-M. Flipo b, P. Richette c, P. Clerson d, T. Bardin c
a Université Paris-Est, Créteil, France 
b Rhumatologie, hôpital Roger-Salengro, Lille, France 
c Rhumatologie, hôpital Lariboisière, Paris, France 
d Orgamétrie-biostatistiques, Roubaix, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’allopurinol, agent hypouricémiant de première intention chez les patients goutteux, est le plus souvent bien toléré. Toutefois, 2 à 4 % des patients présentent des réactions cutanées mineures et 0,1 % présente des réactions cutanées sévères pouvant mettre en jeu le pronostic vital (nécrolyse épidermique, syndrome de Stevens Johnson, DRESS). Les réactions mineures conduisent souvent à l’arrêt de l’allopurinol par crainte d’une évolution grave. Le fébuxostat est un inhibiteur de la xanthine oxydase n’appartenant pas à la classe des purines. Il peut constituer une alternative thérapeutique en cas d’intolérance à l’allopurinol. Quelques données ont pu suggérer que les réactions cutanées avec le fébuxostat (0,5–1,6 %) étaient plus fréquentes en cas d’antécédents de réactions avec l’allopurinol.

Patients et méthodes

L’étude CACTUS est une étude non interventionnelle, multicentrique, menée en France par des médecins généralistes entre novembre 2010 et mai 2011. Son objectif était de comparer les caractéristiques des patients goutteux en fonction du niveau de l’uricémie (Richette, 2013). Les patients ayant reçu successivement de l’allopurinol et du fébuxostat ont fait l’objet d’une analyse post-hoc visant à répondre à deux questions :

– un antécédent de réaction avec l’allopurinol est-il associé à un risque plus élevé de réaction avec le fébuxostat ?

– si oui, quelle est l’ampleur du risque ?

Observations

Ont participé à l’étude 2762 patients adultes. Parmi eux, 1513 avaient reçu successivement de l’allopurinol et du fébuxostat.

Résultats

L’étude CACTUS est une étude non interventionnelle, multicentrique, menée en France par des médecins généralistes entre novembre 2010 et mai 2011. Son objectif était de comparer les caractéristiques des patients goutteux en fonction du niveau de l’uricémie (Richette, 2013). Les patients ayant reçu successivement de l’allopurinol et du fébuxostat ont fait l’objet d’une analyse post-hoc visant à répondre à deux questions :

– un antécédent de réaction avec l’allopurinol est-il associé à un risque plus élevé de réaction avec le fébuxostat ?

– si oui, quelle est l’ampleur du risque ?

Discussion

La prévalence des réactions cutanées au fébuxostat est faible (0,2 %) et l’augmentation de risque liée à un antécédent de réaction avec l’allopurinol n’est pas significative. Il s’agit toutefois d’une analyse post-hoc et ces résultats doivent être confirmés par d’autres études.

Conclusion

Si l’analyse post-hoc de la base de données de l’étude CACTUS ne permet pas d’exclure un risque accru de réaction cutanée au fébuxostat en cas d’antécédent de réaction à l’allopurinol, elle suggère que ce risque est suffisamment faible pour être accepté quand la prescription d’un hypouricémiant est nécessaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Allopurinol, Fébuxostat, Réaction croisée


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S303 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Traitement de l’hyperhidrose par oxybutinine : essai de phase III randomisé contrôlé en double insu contre placebo
  • M. Schollhammer, E. Brenaut, N. Ménard-Andivot, M. Pillette-Delarue, A. Zagnoli, M. Chassain-Le Lay, B. Sassolas, N. Jouan, Y. Le Ru, C. Abasq-Thomas, M. Gréco, K. Penven, A.-M. Roguedas-Contios, C. Gouedard, L. Misery, G. Le Gal
| Article suivant Article suivant
  • Étude de phase II de tolérance, de pharmacocinétique et d’efficacité d’AP611074, antiviral spécifique de PVH 6 et 11 dans le traitement topique des condylomes anogénitaux
  • S. Fouéré, N. Dupin, B. Halioua, S. Tatti, C. Marchitelli, R. Galimberti, P. Françon, D. Compère, M. Yaniv, F. Thierry, M. Botchan, M. Blumenfeld, M. Bagot, O. Chosidow

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.