Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement des angiomes plans résistants par laser à colorant pulsé et bosentan : une étude pilote - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.173 
H. Taquin , J.-P. Lacour, F. Le Duff, P. Bahadoran, C. Chiaverini, T. Passeron
 Dermatologie, CHU de Nice, Nice, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le laser à colorant pulsé (LCP) est le traitement de référence des angiomes plans (AP). Cependant, les résultats sont très variables en raison de la néoangiogenèse précoce survenant après le traitement laser. Des études soulignent le rôle de l’endothéline dans l’angiogenèse des AP et par extension dans la néoangiogenèse précoce post-traitement. L’objectif principal de cette étude pilote était d’évaluer l’efficacité et la tolérance d’un inhibiteur de l’endothéline pris par voie orale, le bosentan, en adjuvant du LCP dans le traitement des AP résistants au traitement par LCP en monothérapie.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude monocentrique prospective comparative en intra-individuelle. Les enfants âgé d’au moins 7 ans et les adultes âgés d’au plus 60 ans ayant un AP du visage résistant au traitement par LCP ont été inclus. Un traitement par bosentan (2 mg/kg deux fois par jour, maximum 62,5 mg deux fois par jour) a été instauré pour une durée de 14 jours. Dès le lendemain, une zone test était traitée par LCP avec exactement les mêmes paramètres que ceux qui avaient été utilisés lors des séances précédentes. Le critère principal d’évaluation était jugé sur une amélioration importante ou complète (IGA 3 ou 4) de la zone traitée de l’AP par LCP en comparaison avec une zone non traitée, 14 jours après la fin du traitement par bosentan soit 1 mois après la séance laser. L’évaluation était faite en insu de la zone traitée, par deux observateurs indépendants sur photographies standardisées.

Résultats

Trois enfants et une jeune adulte ont été inclus. Un enfant a présenté une amélioration légère (IGA=1) et un enfant une amélioration importante (IGA=3) de la zone traitée de l’AP en comparaison avec la zone non traitée. Son score de satisfaction était de 7,9/10, celui de ses parents de 9,1/10. Les 2 autres patients n’ont pas eu d’amélioration. La tolérance a été excellente pour tous les patients. Il n’y a eu aucun effet secondaire lié à la prise de bosentan.

Discussion

Cette étude montre le premier cas d’AP résistant au traitement par laser en monothérapie significativement amélioré par un traitement par bosentan en adjuvant du LCP. Cet enfant avait déjà reçu plus de 20 séances par LCP sans aucune efficacité. Les paramètres laser de notre étude ayant été les mêmes que ceux utilisés lors de la dernière séance, le succès thérapeutique constaté est imputable à l’adjonction du bosentan. La variabilité des résultats obtenus, suggère cependant une variabilité dans l’implication de la voie de l’endothéline en aval de la voie des MAP-kinases dans la néoangiogenèse post-laser dans les AP.

Conclusion

Les résultats de cette étude pilote suggèrent le bénéfice potentiel de l’adjonction du bosentan au LCP pour le traitement de certains AP résistants.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Angiome plan, Bosentan, Endothéline, Laser à colorant pulsé


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S304-S305 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité prolongée du vémurafénib comme traitement d’une histiocytose langerhansienne pure cutanée mutée BRAF
  • J. Charles, J.-C. Beani, I. Templier, G. Fiandrino, L. Bondier, M.-T. Leccia, B. Busser
| Article suivant Article suivant
  • Utilisation des anti-TNF? entre 2000 et 2013 chez les patients traités pour hidradénite suppurée : cohorte rétrospective française
  • E. Sbidian, C. Hotz, A. Taieb, A. Maruani, F. Amelot, F. Aubin, C. Paul, M. Beylot-Barry, P. Humert, A. Dupuy, F. Caux, N. Dupin, P. Modiano, P. Lepesant, S. Oro, E. Mahé, H. Bachelez, O. Chosidow, P. Wolkenstein

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.