Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Efficacité et tolérance de la PDT avec Metvix® et lumière du jour comparée à la PDT conventionnelle dans le traitement des kératoses actiniques : résultat d’une étude européenne de phase III randomisée, contrôlée, en simple insu - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.179 
J.-P. Lacour a, , B. Dreno b, C. Girard c, H. Adamski d, D. Kerob e, S. Leclerc f, N. Kerrouche f, A. Khemis a, N. Basset-Seguin g
a Dermatologie, hôpital Archet 2, CHU de Nice, Nice, France 
b Dermatologie, hôpital Hôtel-Dieu, CHU de Nantes, Nantes, France 
c Dermatologie, hôpital Saint-Éloi, CHRU de Montpellier, Montpellier, France 
d Dermatologie, CHU Pontchaillou, Rennes, France 
e Galderma International, Paris La Defense, France 
f Affaires médicales, Galderma, Sophia Antipolis, France 
g Dermatologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La photothérapie dynamique (PDT) conventionnelle avec lumière rouge (c-PDT) a une efficacité élevée dans le traitement des kératoses actiniques (KA), mais la procédure est longue et souvent douloureuse. Des études cliniques indépendantes scandinaves et une étude de phase III australienne récente sur un plus grand nombre de patients ont suggéré que la PDT avec Metvix® (MAL) et la lumière du jour (DL-PDT) donnaient des résultats équivalents à la c-PDT en termes d’efficacité et induisait moins de douleurs tout en simplifiant la procédure.

L’objectif de cette étude européenne était de vérifier ces résultats sur un nombre élevé de patients sous des latitudes et des conditions climatiques différentes.

Matériel et méthodes

Il s’agissait d’une étude de phase III multicentrique, randomisée, contrôlée, en simple insu comparant en intra-individuel la c-PDT à la DL-PDT avec le MAL dans le traitement des KA de grades I et II, réalisée dans 5 pays d’Europe (18 centres). Les patients devaient avoir au minimum 5 KA de grade 1 ou 2 de chaque côté du visage et/ou du cuir chevelu. Les objectifs principaux étaient de montrer la non-infériorité de la DL-PDT par rapport à la c-PDT en termes de taux de réponse complète évaluée à 12 semaines par un investigateur en insu du traitement réalisé, et sa supériorité en termes de tolérance immédiate sur la douleur.

Résultats

Cent-huit patients ont été inclus entre les mois de juillet et octobre 2013. Le taux de réponse complète des lésions traitées par DL-PDT était non inférieur au taux de réponse des lésions traitées par c-PDT (70 % vs 74 %). La douleur maximale évaluée par le patient était significativement plus faible avec la DL-PDT qu’avec la c-PDT (moyenne 0,7 vs 4,4 sur une échelle à 11 points ; p<0,001). Par ailleurs, moins de patients ont présenté des effets secondaires liés au traitement côté DL-PDT comparé au côté c-PDT (50 % vs 61 %).

Discussion

Cette étude montre que la DL-PDT est non inférieure à la c-PDT dans les KA de grade 1 ou 2 du visage et du cuir chevelu et qu’elle est mieux tolérée. Elle confirme les résultats de l’étude australienne réalisée chez 100 patients montrant que le taux de réponse complète des lésions traitées par DL-PDT était de 89 % vs 93 % pour la c-PDT et que la douleur maximale était plus faible (0,8 vs 5,7 ; p<0,001). Cette différence de douleur s’explique sans doute par le fait qu’avec la DL-PDT, les protoporphyrines IX sont activées dès leur production et de façon continue pendant les 2 heures d’exposition, alors qu’avec la c-PDT, elles s’accumulent pendant les 3 heures d’occlusion avant d’être activées par la lumière rouge.

Conclusion

Cette étude européenne confirme que la DL-PDT est non inférieure à la c-PDT en termes d’efficacité, beaucoup moins douloureuse et mieux tolérée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Kératoses actiniques, Lumière du jour, Photothérapie dynamique


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S307-S308 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Microscopie confocale dans l’évaluation des marges chirurgicales dans la prise en charge des mélanomes de Dubreuilh. Expérience niçoise dans le cadre de l’étude IMIREDUC
  • F.-C. Le Duff, T. Passeron, J.-P. Lacour, B. Dreno, P. Bahadoran, Groupe Imagerie cutanée non invasive de la SFD
| Article suivant Article suivant
  • Apprentissage de la télédermatologie : évolution des indicateurs de processus. Étude TELDERM 1
  • T.-A. Duong, F. Canoui-Poitrine, S. Boudjemil, E. Begon, A. Carlotti, I. Kosseian-Bal, J. Fontaine, O. Zehou, O. Chosidow, P. Wolkenstein, P. Espinoza

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.