Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Carcinomes épidermoïdes éruptifs : association synergique du vémurafenib et du piporboman - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.211 
C. Cassius 1, , R. Lhote 1, J. Roux 1, R. Lavocat 2, N. Dumaz 3, D. Rea 4, C. Pages 1, N. Basset seguin 1, M. Bagot 1, C. Lebbé 1
1 Dermatologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
2 Chirurgie plastique, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
3 Inserm U976, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
4 Hématologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les inhibiteurs de BRAF entraînent une majoration du risque de second cancer, notamment les carcinomes épidermoïdes cutanés (CE) induits par une activation paradoxale de la voie des MAP kinase dans les cellules BRAF sauvages. D’autre anticancéreux tels que l’hydroxyurée (HU) ou le pipobroman (Pi) sont réputés pour induire une augmentation du risque de CE. Ces anti-métabolites inhibent le processus d’excision-réparation après altération de l’ADN induite par chimiothérapie. Nous rapportons le cas de CE éruptifs sous association de Pi et vémurafenib (VF).

Observations

Une patiente de 76ans était suivie pour mélanome du tronc avec un Breslow de 1,1mm, ulcéré, d’exérèse complète en 2004. Son principal antécédent consistait en une thrombocytémie essentielle associée à une mutation JAK2 V617F traitée par HU relayé en 2000 par Pi. En 2013, 2 métastases cérébrales asymptomatiques et 2 métastases pulmonaires étaient découvertes. En raison de la présence d’une mutation V600K un traitement par VF était débuté associé à de la radiothérapie cérébrale stéréotaxique. L’évaluation à S8 montrait une réponse partielle intra- et extracrânienne. On notait l’apparition de plus de 15 CE sur l’ensemble du tégument, localisés à la fois en zone photo-exposée et non photo-exposée sans lésion muqueuse. Leur taille était comprise entre 2 et 30mm et toutes les lésions étaient apparues en 1 mois. On notait une altération de la qualité de vie en raison de localisation plantaire empêchant la marche. Une chirurgie sous AG avec exérèse des 9 plus grandes lésions retrouvant 6 CE invasifs et 3 CE micro-invasifs. Le VF a été relayé par ipilimumab en raison du retentissement des complications cutanées sur la qualité de vie avec poursuite du Pi.

Discussion

Les effets indésirables cutanés du VF comportent des CE, kératoacanthomes, kératoses actiniques, photosensibilité, dermatose acantholytique, syndrome main-pied ou nævus éruptifs. Les CE ont été rapportés comme étant l’effet indésirable cutané grave le plus fréquent des inhibiteurs de BRAF (12–26 % pour le VF), survenant à la fois en zone photo et non-photo exposée dans les 8 semaines (moyenne 51jours, médiane 32jours) avec un nombre moyen de 3. Les CE induits par le VF seraient secondaires à une activation paradoxale de la voie des MAP kinases. L’activation de la voie BRAF sauvage par les inhibiteurs de BRAF serait le résultat de l’activation de RAS avec dimérisation de RAF kinases RAF1 et donc l’activation de la voie des MAP kinase. Le mécanisme d’induction des CE sous Pi est mal connu. Dans notre cas la topographie et la chronologie des CE pourraient être imputables au VF mais la taille, le nombre et la rapidité d’apparition plaident en faveur d’un effet synergique entre Pi et VF.

Conclusion

Notre cas incite à être vigilant quant au risque carcinologique des inhibiteurs de BRAF chez des patients ayant des facteurs de risque multiples, ici l’association du VF au Pi. Une surveillance clinique étroite de ces patients est donc nécessaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : BRAF inhibiteurs, Carcinome épidermoïde, Effet indésirable, Iatrogene, Pipobroman, Vemurafenib


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S316 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Carcinomes épidermoïdes invasifs après traitement par photothérapie dynamique de maladies de Bowen chez une patiente transplantée rénale
  • S. Trabelsi, J. Charles, C. Escalle, I. Templier, M.T. Leccia
| Article suivant Article suivant
  • Épidémiologie des kératoses actiniques chez une cohorte de 163 sujets âgés de 77 ans
  • E. Cinotti, J.L. Perrot, B. Labeille, C. Chol, A.C. Biron, J.C. Barthelemy, C. Heusele, C. Nizard, S. Schnebert, F. Cambazard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.