Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Efficacité du paclitaxel dans un cas de maladie de Paget péri-anale métastatique - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.216 
M. Guerin-Moreau 1, , C. Mateus 2, C. Leclec’h 1, Y. Le Corre 1, L. Martin 1
1 Dermatologie, CHU d’Angers, Angers, France 
2 Dermatologie, institut Gustave-Roussy, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le traitement des formes avancées de maladie de Paget (MP) n’est pas codifié. Nous rapportons un cas de MP péri-anale infiltrante avec atteinte ganglionnaire ayant répondu à un traitement par paclitaxel en monothérapie.

Observations

Un homme de 84ans avait une MP péri-anale évoluant depuis 6ans. Plusieurs traitements avaient déjà été réalisés : chirurgies de zones d’infiltration carcinomateuse, photothérapie dynamique topique, imiquimod topique, dermocorticoïdes et laser basse énergie, sans efficacité. La radiothérapie n’était pas envisageable en raison d’une irradiation 10ans auparavant pour un adénocarcinome prostatique, en rémission. Il présentait un placard infiltré et bourgeonnant de 23×10cm, centré sur le pli interfessier, s’étendant au pli inguinal droit sur 2cm, avec 3 foyers documentés d’infiltration carcinomateuse. Une atteinte ganglionnaire inguinale bilatérale, iliaque externe droite et lombo-aortique était associée. L’examen anatomopathologique d’une adénopathie trouvait un aspect de métastase de carcinome moyennement différencié n’étant a priori pas d’origine prostatique. La qualité de vie était très altérée par des douleurs nécessitant des antalgiques de palier 3. Un traitement par paclitaxel était débuté sous forme d’une perfusion hebdomadaire de 80mg/m2, 3 semaines par mois pendant 3 mois. Une amélioration clinique était notée dès la deuxième semaine. Après 3 semaines, la station assise était de nouveau possible sans traitement antalgique. La tolérance clinique et biologique était excellente. Le bilan d’extension réalisé au décours montrait une réponse métabolique partielle sur l’ensemble des cibles à l’exception de l’adénopathie inguinale gauche.

Discussion

Le traitement de la MP extra-mammaire invasive est difficile. Les traitements locaux (radiothérapie, imiquimod, 5-fluorouracil [5-FU], photothérapie dynamique, laser CO2, interféron intralésionnel) sont souvent inefficaces ou suivis de récidives dans les formes avancées inopérabes. Des polychimiothérapies utilisant le 5-FU, la mitomycine, la carboplatine, la leucovorine, la cisplatine, l’épirubicine ou la vincristine ont été réalisées, avec des résultats variables. Le docetaxel est fréquemment utilisé, seul ou en association avec du 5-FU. Dans notre cas, le paclitaxel était préféré devant l’âge avancé du patient en raison de sa meilleure tolérance clinique. Il est habituellement utilisé pour le traitement des carcinomes pulmonaires, prostatiques, mammaires ou ovariens. Il a été utilisé avec efficacité associé au trastuzumab dans un cas de MP extra-mammaire métastatique. Son utilisation en monothérapie dans la MP extra-mammaire métastatique n’est pas rapportée.

Conclusion

Le paclitaxel peut constituer une option thérapeutique pour la maladie de Paget péri-anale réfractaire et/ou compliquée de localisations secondaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maladie de Paget extra-mammaire, Métastases, Paclitaxel


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S318 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Maladie de Paget extra-mammaire secondaire multifocale
  • A. Bellissen, M. Bertrand, C. Templier, E. Lardenois, L. Mortier, S. Darras-Vercambre
| Article suivant Article suivant
  • Procédure du ganglion sentinelle dans les carcinomes annexiels
  • J. Chanal, B. Couturaud, A. Girod, N. Kramkimel, N. Franck, A. Carlotti, R. Dendale, F. Boitier, M.-F. Avril

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.