Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les métastases cutanées des cancers profonds : une revue de 27 ans - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.228 
G. Amani, A. Gharbi , S. Mokni, I. Zaraa, S. Trojett, D. El Ech, M. Mokni

Sondes TROJJET

 Dermatologie, hôpital la rabta, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les métastases cutanées (MC) représentent une localisation secondaire peu fréquente des cancers profonds. Elles représentent 0,6 à 10 % des métastases des tumeurs solides. Nous en rapportons une série de 26 cas.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective de 26 cas de MC de cancers profonds du service de dermatologie de l’hôpital La Rabta sur une période de 27ans (1986–2013). Nous avons limité notre étude aux cancers solides ; les lymphomes, les hémopathies et les mélanomes ont été éliminés. Le diagnostic était toujours confirmé par un examen anatomopathologique. Pour chaque patient nous avons précisé l’âge, le sexe, les antécédents, la néoplasie primitive, la chronologie d’apparition, l’aspect clinique, la localisation et l’évolution.

Observations

Nous avons inclus 26 cas de MC. Le sex-ratio H/F était de 2,25. L’âge moyen était 62ans (26 à 85ans). Dans 62,2 % des cas, les MC étaient révélatrices du cancer. Elles se présentaient sous forme de nodules solitaires (50 %) ou multiples (50 %). L’aspect de la peau en regard était érythémateux (55 %), ulcéré (33 %) et normal (12 %). Les lésions étaient asymptomatiques dans 93 % des cas. Les MC siégeaient au niveau de la face antérieure du thorax, la région céphalique, la paroi abdominale (dont un cas de tumeur ombilicale), les membres (dont un cas de tumeur du pouce) et le dos respectivement dans 61,5 %, 15,4 %, 15,4 %,3,85 % et 3,85 %. Le cancer primitif le plus fréquent était l’adénocarcinome(ADK) mammaire pour les femmes (62,5 %) et du carcinome épidermoïde pulmonaire (33,5 %) suivi de l’ADK colique (19,25 %) pour les hommes. Pour les deux sexes, les cancers primitifs siégeaient respectivement dans les organes suivants : le poumon (25 %), sein (25 %), colon (19,24 %), pancréas (7,7), voies urinaires (7,7 %), hépatique (3,84 %) trompes ovariennes (3,84 %) et l’ovaire (3,84 %). Le cancer primitif était resté inconnu dans un cas. L’évolution était rapidement fatale dans tous les cas.

Discussion

Les MC apparaissent le plus souvent au cours d’une néoplasie connue. Dans notre série, elles représentent le premier signe de malignité dans presque 2/3 des cas ce qui témoigne d’un retard important de diagnostic. L’aspect clinique est non spécifique pouvant être confondu avec d’autres pathologies cutanées, mais l’aspect le plus fréquemment rapporté était des nodules multiples dans deux tiers des cas. Dans notre série, il d’agissait de nodules uniques ou multiples, érythémateux ou ulcérés dans la majorité des cas. La face antérieure du thorax et la région abdominale sont respectivement les sièges les plus fréquemment rapportés. Dans notre série, il s’agissait du thorax et la région céphalique. Conformément à la littérature, le néo-primitif était pour la femme un néo du sein dans la majorité des cas et pour l’homme d’un néo du poumon suivi d’un néo-digestif.

Conclusion

Les MC sont le mode de présentation initial d’un cancer dans 62 % dans notre série. En général, la survie s’est avérée inférieure à 12 mois.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer primitif, Étude rétrospective, Métastase cutanée


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S324 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intérêt de l’association TEP-FDG et biopsie percutanée dans le diagnostic des MPNST sur NF1
  • M. Brahmi, P. Thiesse, T. Mognetti, S. Pinson, A.-V. Decouvelaere, D. Ranchère-Vince, P. Combemale
| Article suivant Article suivant
  • Dépistage des cancers cutanés en médecine générale : analyse des pratiques, des besoins et des difficultés rencontrées
  • B. Halioua, B. Houta, M. Tibi, P. Wolkenstein, O. Chosidow

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.